Séries

[Critique] L’Homme que j’ai condamné (M6) : Est-il vraiment coupable ?

Déjà disponible en intégralité sur Salto, M6 programme ce mardi 7 décembre la mini-série L’Homme que j’ai condamné avec Ophélia Kolb et Stanley Weber. Un thriller à ne pas manquer ?

L’Homme que j’ai condamné – M6 – 2021

Synopsis : Désignée pour être jurée dans un procès criminel, Inès, une infirmière de 40 ans, contribue à faire condamner l’accusé, un homme au passé violent. A l’issue du procès elle est prise d’un terrible doute : et si elle venait d’envoyer un innocent derrière les barreaux ?

M6 a du mal à croire en ses fictions, et L’Homme que j’ai condamné en est à nouveau la preuve, puisque la chaîne a attendu très longtemps avant de la diffuser, et nous propose les 4 épisodes dans la même soirée. Difficile de faire venir les téléspectateurs sachant cela, surtout face à Koh-Lanta. Ce qui n’est pas plus mal pour Salto, qui propose déjà l’intégralité de la série en avant-première depuis plusieurs jours.

Et il y a de quoi. Clairement L’Homme que j’ai condamné est loin d’être le bas du panier des fictions françaises proposées par M6. L’histoire est plutôt sympathique, le casting est bien, il y a du suspense… mais il manque un vrai quelque chose d’accrocheur qui ferait décoller cette mini-série.

Certes il n’y a pas de gros noms au casting mais Ophélia Kolb (Dix pour cent, La petite histoire de France, On va s’aimer, un peu, beaucoup) et Stanley Weber (Fugueuse, Le temps est assassin) font le job. Un petit plaisir de retrouver quelques têtes connus, dont ceux de nos quotidiennes préférées (Fréderic Diefenthal, Sarah-Cheyenne Santoni, Alban Aumard). Mais le rayon de soleil de cette fiction est sans nul doute Lucile Marquis, qui interprète la détective privée Charlie, qui apporte de la fraicheur et de l’humour à tout ça, et forme un duo qui marche bien avec Ophélia Kolb. Il est également intéressant de partir du point de vue d’une jurée qui finalement culpabilise et a des doutes sur le verdict rendu au tribunal. Tout le point de vue psychologique sur les conséquences pour « madame tout le monde » de tenir la vie d’une personne entre ses mains est sans aucun doute la meilleure idée de la série. Malheureusement, c’est assez minime, et juste le point de départ pour un thriller. Le reste est donc assez classique. Les enjeux changent très vite. Quelques rebondissements, une fin à moitié surprenante et des gros sabots romantiques.

On passe globalement un bon moment si on aime le genre, même si la série aurait mérité un peu plus de finesse. Dommage qu’elle soit un peu expédiée avec cette programmation, mais il est facile de la rattraper sur Salto ou 6play.

5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.