Séries/Tout commence avec un pilot

Que vaut le nouveau trio du dimanche sur HBO, True Detective, Ballers et The Brink ?

Suite à la diffusion sur HBO dimanche soir et le lendemain en US+24 sur OCS de deux nouvelles séries et du retour d’une tant attendue, Sur Nos Ecrans a été convié à une soirée organisée par Canalsat pour découvrir les deux pilots de Ballers et The Brink, ainsi que le retour de True Detective.

Après une première saison adorée par tous… ou presque, True Detective revient pour une toute nouvelle intrigue dans un lieu différent et avec un casting entièrement changé, pour le meilleur ou le pire ?

A la veille de la signature d’un contrat colossal de transports en commun, la découverte du corps de Ben Caspar, politicien corrompu, met le feu aux poudres. Trois représentants des forces de l’ordre, Ray Velcoro, Ani Bezzerides et Paul Woodrugh sont chargés de l’enquête. L’affaire semble bien plus sombre qu’elle n’y parait… Entre corruption politique, conspiration financière et rites obscurs, nos protagonistes devront évoluer au cœur des terres brûlées des paysages de l’ouest américain. Cette année, exit la Louisiane et ses paysages marécageux, l’intrigue prend place en Californie et dans ses banlieues tentaculaires, entre la Bay Area et la cité des anges : Los Angeles.

© 2015 Home Box Office, Inc. All Rights Reserved. HBO® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.

© 2015 Home Box Office, Inc. All Rights Reserved. HBO® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.

Ce premier épisode de la série de Nic Pizzolatto pose assez difficilement les bases de son nouvel univers. Il y a trop d’éléments séparés qui ne s’imbriquent pas particulièrement bien, et qui finissent par se retrouver à la fin de l’épisode lançant la saison de huit épisodes. Une saison qui se déroulera non plus en Louisianne mais en Californie autour dans une ville corrompue.

Pour succéder à Matthew McConaughey et Woody Harrelson, HBO a engagé Colin Farrell, Rachel McAdams, Taylor Kitsch et Vince Vaughn. On ne sait encore que très peu de choses sur les personnages qu’ils incarnent, mais ce qu’on peut apercevoir dans cet épisode rappelle plusieurs traits de caractère et psychologiques des personnages de la saison précédente, c’est-à-dire principalement autodestructeur et alcoolique. Cependant, comme le pilot, l’épisode est assez confus et compliqué à comprendre. Il faut bien s’accrocher pour ne pas se perdre au milieu de ces différentes intrigues et de ces personnages qu’on a du mal à situer. Comme je l’ai dit, l’épisode décolle dans la dernière séquence donc nous en sauront davantage par la suite, à voir donc !

Bref, ce retour plaira aux fans qui attendaient ce moment avec impatience et retrouveront avec plaisir l’écriture de Pizzolatto. Ajoutons à ça une excellente B.O. et une très belle réalisation. Ceux qui n’ont pas aimé la première saison y verront les mêmes défauts, un scénario prétentieux et des dialogues creux ; et ils seront déçus que le seul élément intéressant ait disparu : la réalisation de Cary Fukunaga, qui a laissé sa place à Justin Lin (Fast and Furious) et d’autres.

BALLERS_page-full

© 2015 Home Box Office, Inc. All Rights Reserved. HBO® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.

Ballers est, si je ne me trompe pas, la première tentative de HBO de parler d’athlètes, en particulier de football (américain). Donc un Friday Night Lights sur le câble ? Pas tout à fait. Tout d’abord, cette série est une comédie, ou dramédie, mais l’accent est surtout mis sur l’humour.

Spencer Strasmore (Dwayne «  The Rock  » Johnson) est une légende du football américain. Si sa carrière d’athlète est derrière lui, il n’a pas pour autant l’intention de quitter le milieu qui a fait de lui une star. Reconverti en tant que manager financier, il conseille les nouvelles vedettes de la discipline ainsi que les jeunes retraités comme lui.

 Un humour un peu borderline, bas de gamme, qui ne fonctionne pas toujours. Le ton de la série est à rapprocher d’Entourage, une autre production HBO, et de Steve Levinson. Une bande de potes, un peu machos, qui jouent les caïds pour certains, qui claquent tout leur argent et essaient ensuite de se débrouiller car, Ballers s’intéresse en particulier à d’anciennes stars du football américain qui tentent de se reconvertir.

Ce pilot n’offre rien d’extraordinaire, sans être déplaisant pour autant. Une nouvelle série qui ravira les fans d’Entourage (qui sont décidément bien chouchoutés avec un film) et ceux de Dwayne « The Rock » Johnson qui cabotine un peu. La faute à la série ou à l’acteur ?

tv_fullscreen_thebrinus01w0098327_865af

© 2015 Home Box Office, Inc. All Rights Reserved. HBO® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.

Les satires politiques ont le vent en poupe sur HBO. Après le succès de Veep, la chaîne qui n’est pas de la télé, remet cela avec The Brink sur une éminente troisième guerre mondiale.

Walter Larson est le ministre américain des Affaires Étrangères. La plupart du temps ivre, Walter s’intéresse beaucoup plus à ses maîtresses qu’à la marche du monde ! Zeke Tilson est pilote de chasse, basé sur un porte-avion en Mer Rouge tandis qu’Alex Talbot, est, fonctionnaire à l’ambassade des États-Unis au Pakistan. Il ne connaît rien au pays où il travaille. Lorsque le général pakistanais tente un coup d’état en s’emparant de l’arme nucléaire, ces trois individus vont se retrouver malgré eux au cœur d’une crise géopolitique majeure dont va dépendre l’avenir du monde.

Le pilot nous plonge rapidement dans l’histoire et développe ses personnages de manière surprenante bien que l’on reste dans les blagues en-dessous de la ceinture. Cependant, le potentiel comique de Tim Robbins et Jack Black fait l’affaire pour passer un bon moment. Pablo Schreiber (ex-Pornstache de OTNB) se révèle à la fin, à voir comment cela se poursuit. Les personnages secondaires, quoiqu’un peu caricaturaux, ne sont pas laissées de côté comme la famille de Rafiq (Aasif Mandvi), le chauffeur de Talbot.

Dans l’ensemble c’est un pilot solide qui fonctionne bien, espérons que l’humour soit moins vulgaire et plus satirique car par moment on dirait une parodie non-assumée.

True Detective, Ballers et The Brink c’est tous les lundi sur OCS City à partir de 20h55 en US+24.

2 réflexions sur “Que vaut le nouveau trio du dimanche sur HBO, True Detective, Ballers et The Brink ?

  1. Pingback: On a testé 3 nouvelles séries de l’été : UnReal, Zoo et Scream | Sur nos écrans

  2. Pingback: TCA Summer Press Tour 2015 : HBO | Sur Nos Ecrans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.