Séries

[Critique] Champion (TF1) : Les débuts de Kendji Girac en fiction

Déjà disponible sur Salto, TF1 diffuse, ce lundi 5 septembre, le téléfilm Champion avec Kendji Girac qui fait ses premiers pas en tant que comédien. Une fiction engagée, mais saura t-elle vous convaincre ?

Champion – VEMA Production – 2022

Synopsis : A 24 ans, Zack a toutes les apparences d’un jeune homme bien dans sa peau. Son secret est bien gardé. Menuisier de talent, il construit des cabanes perchées dans les arbres avec son père. Mais sa passion, c’est la boxe, qu’il enseigne bénévolement. Zack envisage de s’installer avec Marjorie quand son père fait une mauvaise chute et tombe dans le coma. Il doit faire face, seul, à la tête de la petite entreprise familiale. Les lacunes qu’il pensait avoir surmontées refont surface, et alors qu’une nouvelle venue, Inès, entre dans sa vie, son secret risque à tout moment d’être révélé : Zack est illettré.

Le chanteur Kendji Girac, grand gagnant de The Voice en 2014, souhaite débuter une carrière de comédien, mais sans pour autant délaisser la musique. Pour cela, il s’est investi dans une fiction avec un sujet qui lui tenait à cœur : l’illettrisme, lui même ayant arrêté l’école à 14 ans, ce qui a pu lui causer quelques difficultés étant plus jeune. Il a également suivi un entrainement intensif de boxe pour le rôle.

Et c’est bien dommage que ça soit pas dans la comédie, car ce qui pêche le plus dans Champion c’est son jeu d’acteur. TF1 fait souvent des fictions engagées et permet de mettre en lumière des sujets tabous, comme l’illettrisme, chose importante à faire et à voir à la télévision, mais ici c’est globalement raté. Kendji Girac peine à convaincre et après 1h30 de téléfilm on attend toujours qu’il démarre réellement, se demandant vraiment ce que ça veut nous raconter. Au final c’est juste un jeune homme qui cache un secret.

On a l’impression qu’avec Champion, TF1 est passé totalement à côté de son sujet, France Télévisions ayant proposé des fictions de meilleure qualité sur l’illettrisme si on doit les comparer. Si on peut apercevoir quelques têtes connues qui nous font sourire comme Aurélie Pons (Ici tout commence), Hanane El Yousfi (les Bracelets rouges, Endless Night) ou encore Jean-Michel Tinivelli (Alice Nevers, le juge est une femme), ça n’arrive pas à rattraper le tout. Dommage !

3/10

Une réflexion sur “[Critique] Champion (TF1) : Les débuts de Kendji Girac en fiction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.