Séries

[Critique] Les Bracelets Rouges (saison 3) : Qu’est-ce qu’il reste après l’hôpital ?

Les Bracelets Rouges, la série événement de TF1, est de retour pour sa troisième saison ce lundi 9 mars. Une saison qui suit nos adolescents après leur passage à l’hôpital, mais la vie n’est pas forcément plus facile à l’extérieur…

Les Bracelets rouges – TF1 – 2020

Synopsis : L’heure est à l’émancipation pour les Bracelets rouges. Thomas, Roxane, Mehdi, Louise et Côme doivent réapprendre à vivre comme des ados de leur âge, mais la vie en dehors de l’hôpital est loin d’être aussi épanouie qu’ils l’imaginaient. Clément pour qui la sortie n’est plus qu’une question de jours, craint que leur amitié ne résiste pas à la séparation. Malgré l’arrivée de Nour, une nouvelle patiente qui ne laisse personne indifférent, serait-ce la fin pour la bande des Bracelets rouges ? 

C’est la série qu’on attendait avec impatience, Les Bracelets Rouges sont enfin de retour, et je dois dire que c’est pas évident au premier abord de se remettre dedans. Plusieurs mois ont passés et la plupart des personnages qu’on suit ne sont plus à l’hôpital. En même temps, avait-on encore des choses à dire en restant dans cet environnement ? C’est finalement assez appréciable de découvrir un univers un peu extérieur, même si on ne quitte pas totalement l’hôpital, certains y sont encore patient, et d’autre ont décidé de franchir la ligne en y faisant un stage.

Excellente idée de passer Mehdi (Azize Diabate Abdoulaye) de l’autre côté, lui qui a été patient et qui connait l’hôpital comme sa poche, c’est intéressant de voir comment il se débrouille et comment il va évoluer en tant qu’infirmier stagiaire (enfin je me demande quand même si à 17 ans on peut vraiment être stagiaire dans un hôpital, mais bon). L’autre bonne idée c’est de montrer que tout le monde n’avance pas à la même vitesse, certains sont sortis depuis un moment, certains sortiront bientôt, on est clairement maintenant autant dedans que dedans, et cette nouvelle dynamique amène un peu de fraîcheur à un climat parfois pesant, car l’hôpital est associé principalement à la maladie.

Et même si certains personnages ne sont plus malades, ce n’est pas pour autant que tout va bien pour eux. Le plus difficile, finalement, est de se réadapter à la vie réelle. Et c’est bien sur ce point que cette saison se concentre principalement, on le voit à travers les personnages de Thomas (Audran Cattin) et Roxane (Louna Espinosa), la difficulté de retrouver la réalité après ce qu’ils ont vécu, car la maladie fera toujours partie d’eux.

Côme (Marius Blivet), quant à lui, s’est enfin réveillé mais a perdu la mémoire. Peut-être que de communiquer avec une patiente dans le coma l’aidera à se rétablir complètement ? Une nouvelle adolescente vient également intégrer la petite bande. Nour est une jeune fille qui va subir une ablation du sein, et c’est un sujet important à traiter, qui permet de mettre en lumière les peurs et les angoisses pour une jeune fille de perdre sa féminité et de se poser des questions sur sa sexualité future et son avenir.

Mais c’est pas pour autant que la série perd en émotion, bien au contraire, dès l’épisode 2 difficile de retenir ses larmes au choc auquel doit faire face Clément (Tom Rivoire) ou encore la confrontation entre Thomas et son père. Cette saison 3, composée de 8 épisodes, est à savourer sans modération car il est toujours agréable de retrouver la bande des Bracelets Rouges.

7,5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.