Avant-premières/Films

[Critique] Dune : Une claque visuelle jusqu’au plus petit grain de sable

Après Blade Runner, Denis Villeneuve s’attaque à un autre monument de la pop culture avec Dune, composé d’un casting monstrueux, Timothée Chalamet, Zendaya, Oscar Isaac, Charlotte Rampling, Josh brolin, Rebecca Ferguson, Javier Barden, Jason Momoa et la liste est encore longue. Un chef d’œuvre visuel pour un blockbuster qui donne juste envie de voir la suite.

Dune – Warner Bros. France – 2021

Synopsis : C’est une aventure héroïque, mythique et émouvante. Dune raconte l’histoire de Paul Atreides, un brillant et talentueux jeune homme avec une destinée plus grande qu’il ne peut l’imaginer. Il va devoir voyager dans les endroits les plus dangereux de l’univers pour protéger sa famille et son peuple. Alors que des forces malveillantes se battent pour des ressources précieuses, une marchandise capable de déverrouiller le potentiel de l’Humanité, seulement ceux qui peuvent faire face à leurs peurs vont survivre.

Qui de mieux que Denis Villeneuve pour adapter Dune ?

Avec ce premier volet, Denis Villeneuve construit un univers accessible à tous, comme il a déjà pu le faire dans Premier contact, on remarquera d’ailleurs une certaine similarité dans l’ambiance des deux films. Une chose est sûre, pas besoin d’être un aficionados de l’œuvre de Frank Herbert pour apprécier cette adaptation. Le réalisateur prend son temps pour poser les jalons, autant visuellement que narrativement, de cet univers où gravite Arrakis.

Denis Villeneuve et ses équipes nous proposent ici une véritable et bluffante vision de l’univers de Dune. Les détails et le réalisme sont assez transcendant, on a vraiment l’impression d’évoluer dans un monde réel. La colorimétrie et les effets visuels sont maîtrisés et magnifiques. Il y a une vraie patte artistique. Il faut absolument voir le film dans de bonnes conditions afin de profiter un maximum de cette claque visuelle de deux heures trente.

A l’image impeccable vient s’ajouter la musique de l’immense compositeur de cinéma Hans Zimmer (Interstellar), présente quasiment d’un bout à l’autre du long métrage, la bande-originale achève le processus d’immersion, il ne reste plus qu’à vous laisser porter.

Un casting prestigieux pour un blockbuster exigeant.

A la première lecture du casting, on peut se demander si des noms aussi « bankable » n’est pas la juste pour faire illusion est vendre un maximum de places avant que le bouche à oreille ne fasse des ravages. Mais force est de constater qu’après l’ambiance du film, les acteurs participent vraiment à l’esthétisme de cet univers tant par leur physique que par leur grâce. A l’instar de la sublime Zendaya (Euphoria) en jeune inconnue fantasmée par Paul, le personnage principal. De même que le frêle et mystérieux Timothée Chalamet (Call me by your name) en personnage tiraillé par la peur de sa destinée ou la carrure de Jason Momoa (Aquaman) en guerrier fidèle. Sans oublier la prestance d’Oscar Isaac (Star Wars) et Josh Brolin (Avengers). Des gros noms qui jettent un peu de poussière aux yeux mais qui ajoutent surtout une plus value à l’aspect épic de ce projet.

Mais qu’en est il du scénario ?

Un casting au top donc mais probablement nécessaire pour faire oublier le gros point négatif du film, le scénario. Ou plutôt le début d’un scénario. En effet, ce long métrage ressemble plus à la première partie d’un long métrage qu’à un premier volet. Le scénario nous pose les bases de l’intrigue : on découvre la hiérarchie de l’imperium, les différentes maisons, les enjeux politiques et l’importance capital d’Arrakis ainsi que la potentielle destinée de Paul. Mais après tout ça, quand la véritable intrigue est censée commencer, rideau ! C’est déjà le générique, il est temps de sortir de la salle. Si Hitchcock est le maître du suspens, Denis Villeneuve en est le dieu incontesté. Lui qui a si peur que le film ne rencontre pas son public pour avoir l’opportunité de faire un deuxième volet ou plutôt de simplement terminer son film, arrive très facilement à nous embarquer dans son univers pour nous laisser en plan seul avec notre frustration au bout de deux heures trente cinq !

Le Dune de Denis Villeneuve est donc un petit bijou d’esthétisme qui apporte un bol d’air frais dans le cinéma actuel. C’est un film criant de réalisme et de beauté, où tout est parfait sauf le scénario qui nous laisse clairement sur notre faim. Espérons que la suite arrivera vite et nul doute que l’ensemble sera un véritable chef d’œuvre.

8/10 pour la promesse d’un diptyque.


Date de sortie : 15 septembre 2021
Réalisation : Denis Villeneuve
Casting : Timothée Chalamet, Zendaya, Oscar Isaac, Charlotte Rampling, Josh brolin, Rebecca Ferguson, Javier Barden, Jason Momoa
Genre : SF
Nationalité : US
Distributeur : Warner Bros. France

Une réflexion sur “[Critique] Dune : Une claque visuelle jusqu’au plus petit grain de sable

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.