Séries

Elite [Saison 1] : Sexe, drogues et lutte des classes

Pour sa deuxième incursion en terres hispaniques, Netflix s’aventure sur le terrain du teen show avec Elite. Créée par Carlos Montero et Dario Madrona, cette série espagnole s’intéresse à un groupe de lycéens fortunés dont la vie est troublée par l’arrivée d’élèves de classe moyenne. La lutte des classes version ado vaut-elle le coup de se remettre à l’espagnol ?

Elite – Netflix – 2018

Vous vous rappelez de Un Dos Tres ? Mais si ! Si vous étiez un tantinet fleur bleue, ado en émoi devant la télé, je suis sûr que vous vous souvenez de Un Dos Tres. Bon ok je vous parle peut-être d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Littéralement. Et le fait de pouvoir enfin reprendre ces paroles de Charles Aznavour de manière appropriée donne un peu des sueurs froides. Après, ça ne l’a pas empêché de tenir un bout de temps le bonhomme, alors on peut souffler, il y a de la marge. Mais donc, pour les non-millenials francophones qui n’aurait pas eu le privilège de connaître d’innombrables heures d’éveil sériephile (et probablement hormonal aussi) devant les après-midis de M6, Un Dos Tres (Un Paso Adelante en VO) était une fiction mélodramatique espagnole diffusée entre 2002 et 2005 suivant un groupe de jeunes étudiants fougueux et butés ainsi que leur vie sentimentale muy complicada. C’était une époque plus simple, les enfants. Entre ça et Le Destin de Lisa importée d’Allemagne, on pouvait vraiment se sentir citoyen européen devant son écran sans avoir besoin de Netflix.

Tout ça pour dire que Elite m’a beaucoup fait penser à Un Dos Tres. Oui alors bon, la danse, le chant et le théâtre en moins et avec un revenu moyen par famille de personnage certainement plus élevé. Et un petit meurtre en plus, accessoirement. Mais Elite, centrée sur la jeunesse dorée de l’école privée de Las Encinas, c’est un peu le Un Dos Tres de 2018, un teen show espagnol à l’eau de rose… mis au goût du jour. On sent que pas mal d’évolutions télévisuelles et de nouvelles techniques de narration plus sophistiquées sont passées par là. Ça n’en fait pas un bijou d’originalité dans la masse de séries actuelles mais en termes de niveau de production, elle s’inscrit dans la lignée de récentes créations espagnoles telle que La Casa de Papel. Avec qui elle partage d’ailleurs 3 acteurs ! Maria Pedraza, Jaime Lorente et Miguel Herran font aussi partie du casting du carton d’Antena 3.

Elite – Netflix – 2018

A l’écriture, Dario Madrona et Carlos Montero, les créateurs de la série n’en sont pas non plus à leur premier coup d’essai en matière de télévision espagnole. Montero avait d’ailleurs officié sur Physique ou Chimie (Física o química en VO) de 2008 à 2011 sur Antena 3, une autre série d’ado exportée en France… mais pas avec le même succès que Un Dos Tres. Certainement faute de Miguel Angel Muñoz. Reste que les auteurs sont des vétérans qui avaient déjà pu faire leurs armes sur des teen shows populaires, ce qui en a sûrement fait pour Netflix un pari bien plus sûr qu’un certain Dan Frank sur Marseille.

Le pari s’avère en tout cas créativement payant parce que, tout en reprenant des codes et ingrédients qui ont fait l’efficacité de séries américaines, Elite s’emploie aussi plutôt bien à éviter leurs erreurs. Le mystère qu’elle place au cœur de cette première saison est un whodunnit assez classique et une énième itération du trope de la dead girl, donc on repassera pour les points bonus, mais le suspense se révèle quoi qu’il en soit assez prenant. Qui a donc tué Marina (Maria Pedraza), la riche héritière, fille d’un homme d’affaire véreux et principal investisseur de l’école ? A-t-elle causé sa propre perte à force de rébellion contre sa famille ? S’est-elle mise à dos ses amis fortunés ? Ou le drame est-il lié à l’arrivée des trois nouveaux élèves boursiers, issus des quartiers plus pauvres ? Autant de questions qui ancrent indiscutablement la série dans le soap, sur fond d’inégalités sociales.

Elite – Netflix – 2018

Elite se trouve en fait quelque part au croisement de How to Get Away with Murder et de Gossip Girl. Elle emprunte énormément à cette dernière pour son contenu (jusqu’aux uniformes des étudiants j’ai envie de dire), entre les personnages d’ados privilégiés et les cadres de vie luxueux, en mettant l’accent sur la débauche. On va néanmoins plus loin dans la description de la division économique grâce à l’introduction des trois étudiants défavorisés qui nous servent également de point d’entrée dans la série. La série ne se la joue par Karl Marx non plus, mais en opposant, au début certes assez grossièrement, les riches et les pauvres à l’école, elle en profite pour critiquer certaines injustices systémiques. Ce dont s’est très peu soucié Gossip Girl. Ces critiques sonnent aussi un minimum juste car la série offre plus de nuance à sa galerie de personnages en les entremêlant tous, au fil du récit.

A la différence de Gossip Girl, l’influence européenne aidant, Elite sait aussi se montrer osée, sans teaser à vide. Elle montre les excès et déboires de la jeunesse dorée pour ce qu’ils sont, et elle parle de sexe sans tabou. Cela va des applis de rencontre gays en passant par le trac des premières fois, jusqu’au libertinage et plans à trois et tout ça avant même le 4e épisode. La série est aussi loin de verser inutilement dans le sensationnalisme à travers ces situations. Elle va d’ailleurs souvent s’en servir comme des opportunités d’injecter un humour et une légèreté bienvenue. L’étonnant trio de Christian (Miguel Herran), Carla (Ester Exposito) et Polo (Alvaro Rico) y est pour beaucoup, sans en être réduit à ça.

Elite – Netflix – 2018

La série se frotte également à des problématiques contemporaines comme la séropositivité, le port du voile à l’école ou l’homosexualité dans une famille musulmane. Elle leur offre des traitements assez justes, sans en faire des caisses. Ils ne sont pas non plus des simples accessoires narratifs dans l’air du temps mais des éléments qui ont leur poids dans les intrigues. Ce qu’Elite a aussi surtout pour elle c’est une troupe des jeunes acteurs d’emblée convaincants. Dans l’ensemble, ils réussissent à rendre leurs personnages imparfaits mais attachants, ou tout du moins captivants. Et pour une série sur des adolescents, c’est assez rare. Ils savent aussi capitaliser sur leur très bonne alchimie pour entretenir la sensualité et l’intérêt des diverses romances qui naissent entre les étudiants ou pour crédibiliser les liens qui existent déjà.

On est loin de l’écueil de la première saison de How to Get Away with Murder qui avait failli à donner suffisamment corps à ses jeunes personnages. Bon, les portraits des adolescents d’Elite ne constituent peut-être pas non plus une étude de personnage approfondie, et ils tendent aussi parfois à agir comme des girouettes, mais c’est un juste milieu au service du divertissement. De How to Get Away with Murder, la série reprend en fait surtout la structure narrative par l’utilisation du flashforward révélant la mort de Marina. Elle l’exploite intelligemment, sans en abuser, et ponctue chaque épisode de scènes d’interrogatoires des différents élèves suite au meurtre. La technique assure une plutôt bonne maîtrise du suspense en multipliant les fausses pistes, pour asséner d’efficaces cliffhangers à chaque épisode. Le final récompense alors la patience des spectateurs par une résolution du mystère, résultant de la convergence de toutes les intrigues aboutissant à l’acte irréparable… mais laisse aussi de nombreuses portes ouvertes, appelant clairement à une suite.

En bref, pour une série sur les 1% les plus riches d’Espagne, Elite a tout pour plaire au plus grand nombre grâce à de vieilles recettes et un propos social suffisamment accessible. Même sans que personne ne danse ou ne chante. Mais les romances, dérives et émois adolescents sont toujours là comme à la belle époque de Un Dos Tres, ce qui devrait ravir une bonne partie du public jeune de Netflix. De plus, à l’heure où la fiction espagnole est à la mode après La Casa de Papel et en pleine période de rentrée, la plateforme de streaming semble bien choisir son timing pour se dégotter un nouveau hit.

7/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.