Festivals/Monte-Carlo/Rencontre avec.../Séries

Rencontre avec Stella Maeve et Jason Ralph les héros de The Magicians

Ce mardi 4 octobre débute sur SyFy France The Magicians, une série où la magie s’apprend tout d’abord à l’école. Nous avons pu rencontrer les deux acteurs principaux, Stella Maeve (Julia) et Jason Ralph (Quentin) lors du 56ème Festival de la Télévision de Monte-Carlo.

the-magicians-affiche

The Magicians – SyFy – 2016

Comment décririez-vous la série ?

Jason Ralph : C’est une exploration du monde de la magie dans la société d’aujourd’hui. Ces élèves sont à l’école de magie. Ils sont de jeunes adultes, cela se passe à New-York. Ce n’est pas leur apprentissage qui est important mais les conséquences de leur pratique de la magie.

Que pensez-vous de la comparaison faite avec Harry Potter ?

Stella Maeve : Le thème commun est la magie mais à part ça, ce n’est pas du tout Harry Potter, la série possède son propre concept.

Jason Ralph : Il y a une inspiration quand même

Stella Maeve : Absolument

Et Narnia ?

Jason Ralph : Plus encore que Harry Potter.

Stella Maeve : C’est la réalité mélangée avec le monde de la magie.

Jason Ralph : Beaucoup de livres ont pu être une inspiration. Les personnages peuvent faire penser à ceux de Game of Thrones ou du Seigneur des Anneaux également.

Stella Maeve : Un des personnages crie « I’m not from Galahad », donc il y a de nombreuses références. Ce qui nous différencie d’Harry Potter repose sur le fait d’être magicien et non sorcier. Il existe des magiciens dans notre société, ce sont des personnes réelles.

Jason Ralph : La magie est différente aussi, de plus, dans Harry Potter la magie est davantage le fait d’apprendre une phrase ou un geste de baguette. Dans The Magicians, la magie tient plus de la chimie organique. Tu dois connaître la physique et plusieurs langues. C’est davantage être une personne polyvalente qu’être un maître de la magie.

Dans la série, il y a des scènes chorégraphiées, est ce que cela représente des heures de préparations pour reproduire les mouvements corrects ?

Jason Ralph : L’évolution est très intéressante car le livre décrit un homme qui possède des mouvements spécifiques. Au moment où les livres sont sortis, est apparue une nouvelles breakdance avec les doigts. Tu breakdance avec les doigts. Nous avons pris cette idée, ce mouvement de la main très spécifique et nous avons ajouté des qualités supplémentaires que Kevin Lee adapte à chaque personnage. Nous avons de la chance d’être entouré de chorégraphes talentueux.

Il existe différentes chorégraphies ?

Stella Maeve : Oui, pour chaque personnage ou différents sorts.

Quel est la spécificité de vos personnages ?

Stella Maeve : Julia tremblait beaucoup au début, essayait de s’améliorer. Et on voit justement le progrès qu’elle accomplit et combien elle devient meilleure.

Jason Ralph : C’est l’évolution qui m’intéresse, de voir les gens apprendre, comment parvenir à être meilleur, à faire les choses biens.

Que pensez-vous de la magie ? Est ce que c’est quelque chose qui vous intéressait déjà ?

Stella Maeve : J’ai toujours aimé la magie, un de mes premiers boulots était assistante d’un magicien à New-York, une belle expérience.

Vous avez eu une promotion.

Stella Maeve : Oui ! J’ai toujours trouvé cela intéressant. J’aime l’idée de la magie et de la fantasy, ça m’a toujours intrigué.

Jason Ralph : La magie et la fantasy nous donnent une nouvelle façon de voir l’humanité, des choses émouvantes. La magie nous permet d’explorer tout ça.

Stella Maeve : Jason est très doué avec les cartes. Nous avons aussi eu des magiciens sur le plateau.

Jason Ralph : Oui, j’arrive à faire quelques trucs avec le glissement de la main. C’est ainsi que Quentin commence. La magie est quelque chose de très compliquée. On peut dire beaucoup sur une personne qui s’assoit pendant des heures et des heures devant un miroir pour faire un tour de magie parfait. Le genre de talent que l’on retrouve dans le finger breakdance. Ils vont essayer, essayer, jusqu’à ce qu’ils y arrivent. Je n’ai pas cette qualité, je suis trop volage.

Stella, voulez-vous rejoindre Brakebills sans la saison 2 ?

Stella Maeve : Julia le voulait au début, c’était la seule chose qui importait pour elle. Mais je pense que maintenant, ça n’a plus d’importance, ou moins à cause des choses horribles qui lui sont arrivées. Elle devient meilleure.

Elle veut seulement faire de la magie ?

Jason Ralph : Oui, elle se fiche d’où elle vient.

Dans la série, il y a des scènes très graphiques, à caractère violente ou sexuelle, est ce difficile à tourner ?

Stella Maeve : Absolument pas. C’est quelque chose que l’on fait tous les jours en tant qu’acteur et c’est génial.

Jason Ralph : Oui, nous avons le privilège de jouer dans cette série. On touche plusieurs sujets à la fois, je peux être très sérieux, drôle ou dépressif.

Stella Maeve : Et c’est génial pour un acteur de repousser ses limites et essayer de nouvelles choses.

Qu’attendez-vous de la saison prochaine ?

Stella Maeve : Aucune idée. Je vais être défiée à nouveau. Au départ, j’avais du mal à aimer mon personnage, elle n’était pas sympathique. On m’a fait comprendre que je n’étais pas obligé de l’aimer. Dans la vie, on ne s’aime pas tous les jours. Et c’est la particularité de ces personnages, on n’est pas obligé d’être apprécié, il faut être honnête.

Vous ne vous connaissiez pas et pourtant vous avez une vraie alchimie à l’écran.

Stella Maeve : En fait, on skypait.

Jason Ralph : Oui, avant de se rencontrer. Nous sommes devenus amis très vite. On a tourné le pilote à la Nouvelle Orléans. C’est une ville à l’atmosphère magique. C’est très facile de nouer des liens dans cette ambiance. C’était intéressant de nouer ces liens très vite et être séparés ensuite au cours de la saison. Cela nous permettait de ressentir la distance entre nous deux, de nous manquer l’un et l’autre, jusqu’à presque oublier combien nous étions proches. Quand nous nous sommes retrouvés c’était intense et c’était quelque chose d’intéressant pour nous, en tant qu’acteur, à éprouver. Et ça se transmet à l’écran.

Pouvez-vous chanter Shake it Off  (de Taylor Swift) ?

Jason Ralph :  (rires) Chanter est l’un des choses qui me terrifient le plus.

Vous avez tourné toute la série à la Nouvelle Orléans ?

Jason Ralph : Non, seulement le pilote. Le reste de la saison été tourné à Vancouver. L’équipe là-bas fut extraordinaire, parmi les meilleurs. Ils lisaient tous les scriptes. Ce n’est pas quelque chose de courant à Hollywood où les techniciens font ce qu’ils doivent faire. L’équipe s’investissait dans l’histoire. Cela crée une vraie énergie commune qui s’infuse dans la série et nous rend heureux de nous lever le matin et d’aller travailler.

Stella Maeve : Ils ont été très prévenants avec nous. On changeait de réalisateur à chaque épisode mais l’équipe restait la même et pouvait nous aider quand quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s