Avant-premières/Films

X-Men Apocalypse : la fin de l’ère Bryan Singer ?

Après le succès de Deadpool, la Fox sort son deuxième film de super-héros de sa franchise X-Men, cette suite de Days of Future Past est beaucoup critiquée, est-ce justifié ?

x-men-apocalypse-launch-quad-poster

X-Men Apocalypse – 20th Century Fox – 2016

Synopsis : Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le tout premier mutant, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un sommeil de plusieurs milliers d’années et désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit de puissants mutants dont Magneto pour nettoyer l’humanité et régner sur un nouvel ordre. Raven et Professeur vont joindre leurs forces pour affronter leur plus dangereux ennemi et sauver l’humanité d’une destruction totale.

La critique américaine n’est pas tendre avec le film, pas au point de le détester comme Batman v Superman, et c’est même pire probablement, c’est une indifférence quasi totale. Le mot qui résumerait leur avis est « bof ». En effet, X-Men Apocalypse n’est ni bon ni mauvais. Il fait le boulot d’un divertissement qui se laisse regarder sans faire hurler ses spectateurs (de bonheur ou de rage, à vous de choisir).

Nouvelle décennie pour les X-Men puisqu’on passe aux années 80 et donc c’est l’occasion de voir la rencontre des personnages vus pour la première dans le film de 2000. Scott Summers/Cyclope, Tye Sheridan (Tree of LifeMud), Jean Grey/Phénix, Sophie Turner (Game of Thrones) et Kurt Wagner/Diablo, Kodie Smit-McPhee (La Planète des singes : l’affrontement) rencontrent les anciens que sont le Professeur X (James McAvoy), Magnéto (Michael Fassbender) et Mystique (Jennifer Lawrence). Le problème est que nous connaissons déjà ces personnages avec la première trilogie, même s’ils étaient plus âgés et devoir les voir apprendre à se connaître ou se tourner autour dérange. Heureusement que cela ne prend pas une place trop importante dans le film.

Avec un casting aussi jeune, on pouvait avoir peur du résultat et alors que certains se débrouillent bien comme Kodie Smit-McPhee à faire le pitre dans le corps de ce Diablo un peu paumé, on regrette le choix de Sophie Turner. L’actrice tombe constamment à côté de son personnage, et quand celui-ci à le droit à ce qui est censé être une scène spectaculaire pour le film et le personnage, cela ne fonctionne pas. On en vient à se demander si elle joue réellement tant elle ressemble à une Sansa Stark encore plus paumée, ou est-ce que c’est simplement l’actrice qui est paumée sur chaque plateau de tournage ?

Dans l’ensemble, les X-Men est ce qui retient l’attention, voir Charles Xavier amoureux de Moira (Rose Byrne), les anciens et les nouveaux se mélanger, et revoir Quicksilver (Evan Peters) qui avait fait un grand effet dans Days of Future Past. Singer nous donne à voir une nouvelle séquence amusante pour nous montrer l’étendu de ses pouvoirs. Disons que ça sauve les meubles.

Et il y a beaucoup de meubles scénaristiques à sauver ! Le début du film pose la question intéressante du conflit entre les humains et les mutants maintenant que ces derniers se sont révélés au monde. Cependant, cet élément est très vite balayé pour laisser place à Apocalypse et à ses (quatre) cavaliers qui font de la figuration. Ces cavaliers sont donc Magnéto, Psylocke (Olivia Munn), Angel (Ben Hardy) et Tornade (Alexandra Shipp). Malheureusement à part Magnéto, ils manquent de temps à l’écran pour nous expliquer leur choix et pour que l’on s’attache à eux, en particulier Angel et Psylocke. Quant à leur chef, l’effroyable Apocalypse est interprété par Oscar Isaac (Poe Dameron du Réveil de la Force), l’acteur est méconnaissable par le costume en toc et si c’était quelqu’un d’autre, on ne verrait pas la différence. Quel talent gâché ! Pourtant, si on le compare à d’autres films de super-héros, ce n’est pas le méchant le plus ridicule, au moins il a un plan et une raison de faire cela.

Maintenant qu’on a fait le tour de ce qui ne va pas, X-Men Apocalypse n’est pas une catastrophe non plus. Le scénario tient plus ou moins bien, malgré des facilités et des maladresses comme l’intrigue de Magnéto. Le film prend des risques artistiques, usant de beaucoup plus d’effets spéciaux que les opus, ou du moins cela saute davantage aux yeux, et déploie une palette graphique méconnaissable et une bande son éclectique, à l’image de ses personnages et comédiens. Un risque qui n’est pas au goût de tout le monde, mais c’est un effort à saluer autant que l’on peut critiquer le style visuel unique des Marvel Studios.

X-Men Apocalypse est en-dessous de ce qu’on a eu l’habitude de voir dans la saga à cause d’un trop-plein de personnages et de directions différentes. Ne serait-il pas temps à Bryan Singer de laisser sa place à quelqu’un d’autre ? Un retour de Matthew Vaughn (X-Men First Class) ? 

5,5/10


Sortie en France : 18 mai 2016
Réalisateur : Bryan Singer
Casting : James McAvoy, Michael Fassbender, Oscar Isaac
Genre : Action, super-héros
Nationalité : US
Distributeur : 20th Century Fox France

Une réflexion sur “X-Men Apocalypse : la fin de l’ère Bryan Singer ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s