Avant-premières/Films

Deadpool : l’anti-héros anti-Marvel

Marvel frappe fort avec son premier film de 2016, et nous présente un tout nouveau personnage de l’univers X-Men : Deadpool. Faites connaissance avec ce nouveau anti-héros qui ne vous laissera pas indifférent !

Deadpool - 20th Century Fox

Deadpool – 20th Century Fox – 2016

Synopsis : Wade Wilson est un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

Après de difficiles années à convaincre la Fox de produire un film sur le personnage, Deadpool arrive enfin sur nos écrans de cinéma et pas dans une version censurée pour tous publics ! Et cela se ressent dès le générique nous présentant le casting et l’équipe principale d’une manière bien particulière dans l’esprit irrévérencieux du comic-book.

Le film démolit les poncifs du genre que les autres franchises ont très bien intégré (et devraient vraiment dépasser) pour proposer un film pour adulte qui ne dénigre pas le personnage avec son humour incisif et le fait de briser le quatrième mur. Le marketing du film poussé à l’extrême ne le gâche pas du tout et ne cachait pas un vide scénaristique. L’humour transgressif est présent du début à la fin, dés le générique et jusqu’à la scène post-générique, sans oublier une scène sur l’autoroute avec Colossus qui a fait pleurer de rire toute la salle grâce au timing impeccable de Ryan Reynolds. Il n’incarne pas Wade « Deadpool » Wilson, il a lui-même ce grain de folie et cette répartie, comme nous avons pu nous en rendre compte dans un Q&A après la projection.

Cette « origin story » réussit totalement son but de nous présenter ce nouveau héros fou et de nous y faire adhérer. Pour ce qui est du reste, Deadpool subit un manque de rythme à cause des multiples allers-retours entre le présent et le passé pour nous expliquer comment il en est arrivé là. On fait donc connaissance avec sa fiancée jouée par la trop peu présente Morena Baccarin (FireflyGotham) qui disparaît dans la seconde partie du film, qui correspond à la fin des flashbacks. Dommage qu’elle soit si peu présente par la suite ! (à voir son importance dans un second film s’il voit le jour). T.J. Miller sert uniquement de caution comique (si on peut dire cela dans un tel film), ou plutôt de duo comique avec Ryan Reynolds, leur alchimie est visible à l’écran et permet de croire à l’amitié de leurs personnages.

Univers connectés oblige, les X-Men existent mais avec un budget moindre. Deadpool ne peut pas se permettre d’utiliser des héros connus donc on a le droit à « Negasonic Teenage Warhead » interprétée par Brianna Hildebrand et « Colossus » joué par un nouvel acteur Andre Tricoteux pour la motion capture et Stefan Kapicic. Ils sont peu utilisés mais cela ne pose pas de problème car le temps et le budget sont limités. Deapool saute sur l’occasion pour briser le quatrième mur et commenter sur le budget inférieur alloué par la production et les deux trilogies X-Men.

Quant aux ennemis du film, à savoir Ed Skrein en Ajax et Gina Carano dans le rôle d’Angel Dust, ils sont plutôt convaincants avec une matière scénaristique limitée. Il ne faut pas oublier la durée du film de 1h46, ce qui est suffisant pour cette orign story mais donc impose également des restrictions. Un film de plus de 2h, comme les autres blockbusters, aurait très certainement semblé long et redondant, son budget limité est donc une force cette fois-ci. Malgré cela, les effets spéciaux sont bien faits, en partie grâce au réalisateur Tim Miller qui est un superviseur des effets spéciaux avec sa société Blur Studios (Avatar, Batman: Arkham Knight).

La Fox et Ryan Reynolds ont pris le pari fou de produire un film de super-héros psychopathe réussi, tranchant avec le paysage actuel des adaptations de comics. Une bouffée d’air frais teintée de violence et de références meta et à la pop culture, sans oublier une bonne dose d’humour et d’auto-dérision. 

8/10


Sortie en France : 10 février 2016
Réalisateur : Tim Miller
Acteurs : Ryan Reynolds, Morena Baccarin, T.J. Miller
Genre : Action
Nationalité : US
Distributeur : 20th Century Fox France

Une réflexion sur “Deadpool : l’anti-héros anti-Marvel

  1. Pingback: ComicStories – Sur nos écrans #42 : Deadpool | Sur Nos Ecrans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s