Rencontre avec.../Séries

OVNI(s) Saison 2 (Canal+) : Montez dans l’ovnibus pour une saison encore plus incroyable !

La série originale de Canal+, Ovni(s), fait enfin son retour pour une saison 2 encore meilleure que la première. Nous avons pu voir la saison en intégralité et rencontrer l’équipe. Voilà pourquoi il ne faut surtout pas passer à côté de cette seconde saison.

Ovni(s) – Canal+ – 2022

Synopsis : Depuis que Didier Mathure a vu de ses propres yeux un ovni, il sillonne, en vain, la France à la recherche de nouvelles apparitions. Alors qu’il s’apprête à tout arrêter, un phénomène étrange se produit dans une centrale nucléaire. Un défi pour l’équipe du GEPAN, Didier, Marcel, Rémy et Véra, dépassée par ce mystère qui attise tous les fantasmes. Pour Didier, c’est sûr : une intelligence venue d’ailleurs cherche à établir le contact. Et il va tout faire pour essayer de lui répondre, à moins que Claire Carmignac du ministère de l’Équipement et de l’Énergie ne l’en empêche.

Si tout l’enjeu de la saison 1 était d’essayer de savoir si les ovnis existent ou pas, les scénaristes ont pris un vrai risque en affirmant un réel parti pris. L’enjeu de la saison 2 va être de prouver l’existence des ovnis au monde entier, ou du moins Didier Mathure (Melvil Poupaud) va essayer de le faire entendre à ses proches. Chose difficile pour un entourage scientifique. Mais Didier a une telle énergie, et c’est sans compter sur l’aide de Véra, qu’on le suit sans rechigner dans cette nouvelle aventure autant réjouissante que palpitante. « ça ne va plus être une question de doutes mais de foi, et comment celle-ci va impacter la vie de Didier et celle des autres autour de lui » nous confiaient les scénaristes.

Le premier enjeu est de réunir à nouveau l’équipe du GEPAN, car ce qui marche dans la série c’est avant tout le groupe. Ensuite, quand Didier perd tout, il part en quête pour faire face au naufrage de sa propre vie. Les scénaristes Clémence Dargent et Martin Douaire, rejoints pour cette saison 2 de Maxime Berthemy, ont évité le piège de faire une redit de la saison 1 en restant focaliser sur le fait que quelqu’un de rationnel a du mal à croire en l’irrationnel. Cette saison au contraire ouvre de nouvelles portes, pousse les curseurs encore plus loin. La vraie difficulté pour eux c’est qu’ils ont mis plusieurs années pour écrire la première saison et ont eu peu de temps pour écrire celle-ci. « C’est un peu comme repartir de 0 mais là on connaît nos personnages« , nous expliquait Clémence Dargent.

Et pourtant c’est une vraie réussite. La série se renouvelle et garde une vraie constance par rapport à la saison 1, situant l’action cette fois en 1979, et laissant ainsi une grande place à l’actualité de l’époque (mais également aux costumes et décors pour notre plus grand plaisir). Le nucléaire, Superman ou encore Rencontre du 3e type ont été de vraies inspirations pour les scénaristes, et on le ressent bien à l’écran car ce sont des thèmes largement abordés cette saison. Evidemment la thématique des « origines » est assez récurrente, et les sujets abordés font souvent échos à l’actualité comme l’émigration, le complotisme, la croyance à la science…

Autre chose importante cette saison, les personnages secondaires sont davantage creusés, plus particulière les rôles féminins. Elise (Géraldine Pailhas) représente le pouvoir et la raison, c’est important de montrer une femme qui réussie dans les années 70, même s’il y a un côté fictionné puisqu’il n’y a pas eu de femme directrice du CNES, mais c’est intéressant de voir ce que ça amène, les questions qui se posent quand une femme est à la tête du CNES. Et bien évidemment de l’amener tout doucement à croire aux ovnis. Mais c’est sans aucun doute le personnage de Véra qui illumine cette saison. Elle devient presque à part égale aussi importante que Didier, et son interprète Daphné Patakia y est pour beaucoup. Véra est une super héroïne à sa manière, elle veut sauver le monde mais en même temps être une fille normale (Buffy a sans aucun doute inspiré ce personnage). Elle est drôle et extravagante, Daphné Patakia nous livre à nouveau cette saison des scènes incroyables. Ces deux personnages féminins tracent leur propre route en saison 2 et ne sont plus des « faire valoir » de Didier.

Cette saison franchie un vrai cap, mais les scénaristes rappellent qu’ils n’iront jamais vers de la science-fiction classique. On retrouve tout de même une barbe à papa géante et ce qui est sûr c’est que ce n’est pas classique. Mais ils aiment s’inspirer de choses de l’enfance et du ludique. On le ressent beaucoup avec cette saison 2 qui respire la joie de vivre, tout en abordant des sujets plus sérieux et gardant une touche humoristique indispensable. C’est encore une fois une réussite en terme d’écriture, mais également de réalisation et de musique.

Une saison 3 n’est pour le moment pas officielle. Si Canal Plus n’est pas contre, les scénaristes sont pour le moment occupés sur d’autres projets et cherchent une vraie bonne idée pour la suite. Pourtant les dernières secondes de cette saison 2 nous laissent bouche bée et on ne peut pas imaginer qu’il n’y ait pas une suite. Melvil Poulpaud le premier est très (très) partant pour une saison 3 se déroulant dans les années 80. Avec l’ouverture que les scénaristes ont choisi pour boucler cette saison on le comprend et on ne peut que se joindre à lui, car la saison 2 est encore meilleure que la première, donc on n’ose imaginer ce que pourrait donner une saison 3.

9/10

Une réflexion sur “OVNI(s) Saison 2 (Canal+) : Montez dans l’ovnibus pour une saison encore plus incroyable !

  1. Pingback: 4 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur la saison 2 de OVNI(s) | Sur Nos Ecrans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.