Séries

[Critique] Dérapages : Une prise d’otage originale

Arte lance ce jeudi 23 janvier sa nouvelle série, Dérapages, avec Eric Cantona et Alex Lutz. Un thriller on ne peut plus original.

Dérapages – Arte – 2020

Synopsis : Un chômeur de longue date qui se sent trahi par la société, met tous ses espoirs dans un boulot où le processus de recrutement est un peu particulier. Quand il comprend qu’il a été manipulé, tout dérape.

La série Dérapages est écrite par Paul Lemaître, d’après son propre roman « Cadres noirs ». Il mêle le thriller et le drame social brillamment pour donner un résultat qu’on voit peu à la télévision. D’ailleurs, le sujet de base, le chômage, pourtant un sujet important en France, est très peu visible à la télévision, et pas souvent sous cette forme aussi noire. Le personnage d’Alain représente exactement ce problème qu’on a en France, le fait d’avoir énormément de difficulté à retrouver du travail après avoir passé un certain âge. Et encore le personnage d’Alain est un homme et un homme blanc… Un véritable problème qui touche la population française, et Dérapages réussit parfaitement à nous retranscrire à l’écran la douleur d’un homme qui n’est pas fainéant et qui tente tout pour s’en sortir et faire vivre sa famille.

Au delà du thriller social, on voit aussi les dessous d’une grosse entreprise, même si c’est parfois un peu cliché, c’est bien d’avoir les différents points de vues, même si ici l’entreprise est clairement considérée comme « le méchant » de l’histoire, et en particulier leur méthode de travail et de recrutement. Et c’est là dessus que la série se différencie des « thrillers habituels », une prise d’otage comme recrutement. L’idée est complètement folle mais originale. C’est juste dommage que la série mette autant de temps à mettre en place le cadre, et donc il faut attendre l’épisode 3 avant de rentrer dans le vif de l’action. Une série en montagne russe qui monte et qui descend en fonction des épisodes. Je pense, que Dérapages aurait pu être légèrement raccourcit, et surtout la scène de fin est en trop, alors qu’on aurait très bien pu terminer sur la fin du procès quand sa fille comprend tout…

On retrouve tout de même dans cette fiction quelques noms au casting : Eric Cantona, Alex Lutz ou alors la merveilleuse Suzanne Clément. Je dois dire qu’Eric Cantona est parfait dans ce rôle du mec un peu bourru, grande gueule, mais en même temps il est insupportable, et je dirai même qu’on a aucune empathie pour ce personnage d’Alain, qu’on est censé défendre.

Quelques ventres mous, et un personnage principal antipathique, au delà de ça, Dérapages est un drame social original, qui arrive à nous surprendre jusqu’au bout.

6/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.