Avant-premières/Films

[Critique] Vivarium : La peur bleue de la banlieue

Vivarium est un film d’horreur moderne qui joue plutôt sur la psychologie que sur les « jump scare » ou le sang. Que donne le résultat ?

Vivarium – Les Bookmakers / The Jokers – 2020

Synopsis : Un couple part visiter une maison avec un agent immobilier assez mystérieux. Ils se retrouvent dans une banlieue où toutes les maisons sont identiques. Une fois dans la maison ils sont piégés. L’agent immobilier a disparu et il n’y a aucune échappatoire au quartier et à cette maison qui va leur amener des surprises hors du commun.

Vivarium pourrait très bien être une métaphore pour nous faire comprendre qu’il ne faut pas quitter la ville pour s’installer en banlieue. Mais pour être tout a fait honnête, le film est tellement particulier que je ne sais pas le message qu’on a voulu nous faire passer. J’en suis ressortie assez confuse en me demandant ce que j’avais vu.

Et en effet, qu’est-ce que j’ai vu ?  Si le début était plutôt bien parti, j’ai du mal a comprendre les vrais enjeux du film, où est-ce qu’on veut nous emmener et au final à quoi a servi tout ça. Pourtant j’ai aimé l’ambiance particulière du film, qui nous fait justement rentrer dans cet univers particulier au début. C’est simple, c’est clair, un couple cherche une maison, ils ne sont pas chauds pour s’installer en banlieue, la maison ne leur plaît même pas et pourtant on les enferme là-bas pendant des années. Un concept basique mais à priori efficace, tant cette peur d’être enfermé et coupé du monde est un reflet de notre société actuelle.

Vivarium joue sur les codes de l’horreur mais de façon moderne, c’est plus psychologique que sanguinolant. C’est donc intriguant, et on peut se dire que les enjeux sont clairement « comment vont-ils sortir de là ? ». Mais tout ça se perd dans la deuxième partie du film en amenant un mystère fantastique à l’histoire auquel j’ai très peu adhéré. Finalement, rien ne peut les faire sentir, on a l’impression qu’il n’y a aucune solution, et pour moi c’est ce qui gâche le film.

Chacun est libre d’interpréter le film, et la fin comme bon lui semble, je pense surtout que chacun doit se faire sa propre opinion sur ce film assez décalé, qui ravira certain et en dégoûtera d’autres… dans tous les cas ce qui est sûr, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, Vivarium ne laissera pas indifférent.

4/10


Date de sortie : 11 mars 2020
Réalisation : Lorcan Finnegan
Acteurs : Jesse Eisenberg, Imogen Poots
Genre : Drame, horreur
Nationalité : US
Distributeur : Les Bookmakers / The Jokers

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.