Festivals/Fiction TV de La Rochelle/Séries

Prise au piège : Yellow is the New Black

C’est à l’occasion du festival de la fiction TV de la Rochelle 2019 que nous avons pu découvrir les premiers épisodes de la nouvelle série française événement de M6, Prise au piège. Une adaptation de la série espagnole Vis a vis créée par Álex Pina aussi à l’origine de La Casa de Papel actuellement sur Netflix.

Prise au piège – M6 – 2019

Synopsis : Anna Rivière est arrêtée pour un meurtre… qu’elle n’a pas commis. Sauf que tout l’accuse. Envoyée en détention provisoire, Anna risque une lourde peine. Piégée dans un monde aux antipodes du sien, au milieu de la violence et des trafics, Anna est une proie facile qui va devoir apprendre à transgresser les règles pour survivre. Franchir la ligne jaune au risque d’y perdre son âme… son seul espoir repose sur son père et son frère qui s’ignorent depuis 10 ans. Ils sont les seuls à pouvoir prouver son innocence.

Dès les premières minutes, on sent que l’on est bien plongé dans une série française de M6, une star Elodie Fontan, une belle image, une histoire intrigante mais une ambiance qui sonne faux. La production à voulu faire les choses en grand, montrer qu’il y a de l’ambition dans ce projet et s’en est donnée les moyens grâce, notamment, aux décors qui sont assez impressionnants et atypiques. La production a choisi une ancienne prison de Breda, dans le sud des Pays-Bas pour capturer cette histoire censée se dérouler en France dans l’Hérault. Le frère de l’héroïne, lui, travaille dans une poissonnerie, ce qui diffère de la série originale pour la simple raison que le réalisateur voulait tourner dans cet endroit qu’il trouvait magnifique. 

Seulement voilà, à trop s’occuper des décors on en oublie un peu le fond et c’est dommage. Plutôt que de trop travailler sur les décors, la production aurait dû par exemple s’arrêter sur le jeu d’acteur de son héroïne. Souvent fausse, elle ne crédibilise en rien son personnage, même si elle a une facilité assez fascinante à nous le rendre antipathique. Contrairement à la série originale les personnages sont assez mal façonnés et pas vraiment ancrés dans le réel. La force de la série espagnole est que l’on peut s’identifier aux protagonistes de part leur banalité comportementale et physique, ce qui n’est clairement pas le cas ici où l’on suit une vraie héroïne de série.

Globalement sur les premiers épisodes, l’adaptation de l’histoire est fidèle à l’originale parfois au plan près. Mais la mouture de M6 devrait s’éloigner rapidement de la version espagnole car Prise au piège est vendue par la chaîne comme une mini-série de six épisodes bouclés,  ce qui n’est pas le cas de l’autre côté de la frontière. Nul doute cependant que nous aurons le droit à une suite si les audiences sont au rendez-vous, ce dont on doute fortement.

6/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.