Séries/Tout commence avec un pilot

[Pilot] Speechless : Une série qui sait de quoi elle parle sur des sujets sensibles

On dit qu’on ne peut pas rire de tout, mais ABC a su trouver le ton juste avec Speechless, une comédie sur le handicap. Un pari risqué pour la chaîne de diffuser une comédie familiale sur un tel sujet ?

377702-jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx

Speechless – ABC – 2016

Synopsis : Maya DiMeo est une mère de famille prête à tout pour combler son mari Jimmy ainsi que ses enfants Ray, Dylan et surtout JJ, son fils aîné souffrant d’infirmité motrice cérébrale. Alors que Maya se bat contre des injustices aussi réelles qu’imaginées, la famille DiMeo fait son maximum pour rester soudée tout en cherchant la bonne personne capable d’apporter le soutien nécessaire à JJ.

Speechless est une série courageuse et terriblement attachante. Elle s’attaque à un thème qui ne pointe pas souvent son nez à la télévision, le handicap. En faire une comédie fun avec du cœur était loin d’être un pari remporté d’avance. Mais Speechless a réussi le challenge haut la main. 

La série raconte donc l’histoire d’une famille qui se bat quotidiennement pour un de ses membres, J.J., atteint du syndrome de paralysie cérébrale (ou IMC pour infirmité motrice cérébrale). Ce syndrome est donc le point central qui rassemble toute la famille et qui fait front face à toute situation et environnement social. Ce qui est admirable dans Speechless, c’est d’avoir une famille dont les membres sont clairement identifiés et ont une personnalité propre à chacun et pas seulement des clichés de sitcom. Et tout ça avec seulement un pilot.

Cette réussite, on la doit à plusieurs facteurs. Le premiers tient évidemment à son créateur, Scott Silveri, un nom peut être familier puisqu’il a été le co-créateur de Friends. Tout dans le pilot sonne juste, notamment grâce à son expérience. En effet, il a un membre de sa famille atteint du syndrome d’IMC. Il réussit à insuffler à chaque membre une fonction particulière. Et surtout, il arrive à rire avec et non pas de ses personnages. 

Le deuxième facteur de cette réussite, ce sont les différents acteurs qui incarnent ces personnages. Minnie Driver est la matriarche, qui n’a peur de rien et fera tout pour son fils, quitte à froisser la moitié de la Terre. Mais qui pourrait lui en tenir rigueur, quand sa mission vient de son amour pour sa famille. Entre d’autres mains, cela aurait pu être casse gueule, mais là c’est une vraie réussite. Micah Fowler joue le rôle de J.J. et est lui-même atteint du syndrome d’IMC. Et ce qu’on peut dire c’est qu’il est tout simplement formidable. Il est sarcastique, n’apprécie guère l’hypocrisie, et n’hésite pas à le rappeler à qui de droit. Les autres ne sont pas en reste, loin de là, mais je ne vais pas dévoiler tout le pilot.

Enfin, chapeau à ABC qui prend ses responsabilités et utilise ses ressources à bon escient pour identifier leur marque. Quand on voit ce qu’ils produisent en comédie, tels que Blackish, Fresh Off the Boat ou The Goldbergs, on peut dire qu’ABC réussi à incarner deux valeurs : famille et diversité. Avec Speechless, ils finalisent leurs blocs de comédie, totalement en phase avec une société qui n’est pas homogène, de toutes les couleurs, et surtout humaine. 

7/10

Article rédigé par S.T.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s