Séries

True Detective Bilan Saison 2 : Voyage au bout de l’enfer Californien

Après le succès de la première saison, True Detective, la série d’anthologie de HBO, est revenu sur nos écrans pour une seconde saison avec un casting quatre étoiles. La saison 2 vient de s’achever aux Etats-Unis et chez nous en France sur OCS qui la diffusait en US+24. A-t-elle réussi à faire aussi bien que la première saison ? Voici notre bilan.

Attention cet article contient des spoilers sur la saison 2

true-detective

True Detective – HBO – 2015

Nic Pizzolatto nous transporte dans un tout nouvel univers avec cette saison 2 de True Detective. Si en saison 1 on découvrait les paysages de Louisiane, cette saison nous voyageons au coeur de la Californie. Les deux saisons se rejoignent par leur thème général : on suit des flics torturés, et des enquêtes pas de tout repos.

Un casting quatre étoiles

De grands noms avaient été annoncés pour succéder à Matthew McConaughey et Woody Harrelson. On retrouve donc en tête d’affiche Colin Farrell, Rachel McAdams, Taylor Kitsch, Vince Vaughn et Kelly Reilly. Cette saison nous montre qu’il est quand même très dur de passer derrière deux acteurs comme Matthew McConaughey et Woody Harrelson. Si Colin Farrell, Rachel McAdams et Taylor Kitsch s’en sorte à peu près, ce n’est pas du tout le cas pour Vince Vaughn et Kelly Reilly. Hormis leur jeu d’acteur médiocre, on a du mal à s’attacher et à comprendre les personnages, en particulier celui de Franck Semyon (interprété par Vince Vaughn) qui reste une énigme. On met un certain temps avant de comprendre ce qu’il fait réellement et de le cerner. Sans aucun doute, lui et sa femme sont les personnages les moins intéressants de cette saison. On prend bien plus de plaisir à suivre les personnages de Velcoro (Colin Farrell), Bezzerides (Rachel McAdams) et Woodrugh (Taylor Kitsch), qu’on apprécie à découvrir au fur et à mesure même si, à mon avis, ils restent encore trop en surface. Mais c’est sûr que huit épisodes c’est (trop) court pour réussir à bien développer des personnages.

colin-farrell-true-detective-hbo-980x551-6150

True Detective – HBO – 2015

Une saison plus complexe

Comme la saison 1, la série reste très lente et exigeante. Il faut plusieurs épisodes pour rentrer dedans. Mais le gros défaut de cette saison est l’enquête bien trop compliquée à suivre. Au final, on s’en détache rapidement car elle est difficile à comprendre, impliquant trop de protagonistes qu’on a du mal à visualiser. Mais en se détachant de l’enquête, on perd un peu le coeur de la série, même si on compense en s’intéressant d’avantage aux personnages. L’idéal pour cette saison 2 serait la binge watcher.

Des scènes mémorables

Quelques scènes marquantes tout de même cette saison. Déjà, la fin de l’épisode 2 aurait pu nous surprendre et nous scotcher. Tuer l’un des personnages principaux au bout du deuxième épisode aurait été vraiment couillu, même si ça aurait été dommage de faire disparaître Velcoro si tôt. Mais au moins les scénaristes auraient osé. Ils osent en fin d’épisode 7 en tuant Woodrugh lors d’une scène sous tension. Deux autres scènes, où la tension est palpable, sont mémorables. Tout d’abord, la fusillade de l’épisode 4 est visuellement très belle ainsi que forte en émotion. Enfin, la scène très attendue de l’orgie de l’épisode 6 est également prenante même si moins spectaculaire qu’annoncée. Malheureusement avec True Detective, ils savent très bien nous tenir en haleine les quinze dernières minutes de chaque épisode mais ont du mal à nous garder accrocher le reste du temps.

Que penser du final ?

Le final nous tient en haleine pendant 90 minutes. Suspense et émotions sont au rendez-vous. Dans la lignée de la saison, l’enquête s’achève aussi péniblement qu’elle a commencé. On s’attarde donc sur les personnages. Contrairement à la saison précédente, True Detective finit mal. La justice n’est pas vraiment rendue et c’est l’hécatombe. Après Woodrugh, c’est au tour de Franck et Ray de se faire tuer. Si pour Franck c’est assez logique, on s’attendait pas vraiment à une fin positive pour le personnage, permettant d’ailleurs à Vince Vaughn de dévoiler un peu ses talents d’acteurs, pour Ray au contraire sa mort est trop facile. Hormis ressembler à celle de Woodrugh, il n’essaye pas de s’en sortir et se sacrifie pour Bezzerides. A croire que les hommes sont obligés de venir au secours des femmes dans cette saison de True Detective. Une mort injuste à mon avis qui amène une fin clichée avec l’enfant de Velcoro/Bezzerides. Et pour accentuer la tristesse de cette fin, le message de Ray à son fils n’est pas envoyé. On reste sur un arrière goût de « décevant ».

Avec cette seconde saison, Nic Pizzolatto nous plonge à nouveau dans un univers sombre et torturé, mais pas avec autant de plaisir que la première saison. L’enquête trop complexe laisse plus de places aux personnages qui restent le coeur de True Detective. Les épisodes alternent longueurs et tensions jusqu’au final explosif, mais légèrement décevant. Une saison mitigée dans l’ensemble qui laisse une question en suspend : une troisième saison est-elle vraiment utile?

6/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s