Festivals/Séries/Séries Mania

[Séries Mania S6] Togetherness : Semblants d’ensemble

Ce cher M.Hollande ayant le dos tourné en Suisse, je crois qu’il n’y a pas de meilleure occasion pour déclarer l’invasion sériephile suisse officiellement ouverte en France ! Et accessoirement, le Fesvtival Séries Mania aussi. Avec deux membres du jury blogueurs suisses (dont bibi) et une série suisse en compétition (Station Horizon), l’esprit helvétique est plus que bien représenté au festival sériephile international pour cette 6e édition. Rassurez-vous, on ne compte pas non plus importer la démocratie participative trop vite, on sait que vous avez encore du mal avec ça en France. Non, pour commencer, ce sera juste du chocolat en quantité, histoire de vous rendre coopératifs.

Mais je m’égare avec mes plans d’impérialisme helvétique, là n’est pas le sujet de ce premier article de couverture de Séries Mania. Je rempile donc pour prêter main forte aux brillantes têtes pensantes, passionnées et dévouées de Sur Nos Ecrans (j’apprends aussi l’esprit corporate par la même occasion, voyez-vous) suite à notre belle coopération au Festival Tous Ecrans de Genève.

Togetherness - HBO - 2015

Togetherness – HBO – 2015

Première série à passer sur le grill, Togetherness, petite création indé hébergée par HBO, fruit de la collaboration de Steve Zissis et des frères Mark et Jay Duplass. Déjà aperçu dans la fascinante Transparent dans le rôle de Josh, ce dernier passe ici derrière la caméra pendant que son frère et Zissis cumulent les casquettes en jouant également respectivement les rôles de Brett, un père de famille un peu gauche et frustré et d’Alex, le meilleur ami nounours un peu loser de ce dernier. Ils sont accompagnés de Melanie Lynskey qui interprète Michelle, la femme en plein blues de Brett ainsi que d’Amanda Peet, qui joue Tina, sa sœur un peu dilettante.

Le pitch de la série est de plus simples et si l’on peut parfois se retrouver à se demander ce qu’elle cherche à nous raconter exactement avec si peu d’intrigues, on se rend compte qu’elle est en fait transparente (mais pas dans le même sens que la série éponyme) à ce sujet rien qu’avec son titre. Togetherness interroge en toute humilité la notion d’être ensemble et plus particulièrement dans le cadre du couple. Comment atteindre cet état ? Comment le vivre ? Quels sont ses obstacles ? Quels sont ces charmes ? Tout cela fait l’objet d’un traitement à travers l’expérience du quatuor de californiens quarantenaires, entre la crise de couple de Brett et Michelle et le jeu de séduction entre Tina et Alex. C’est par une exploration assez approfondie, centrée sur l’affect de ces personnages que l’on dépasse la simplicité apparente du scénario et que l’on réalise, comme en attestera Hollande lui-même, qu’être ensemble, c’est compliqué.

Togetherness - Saison 1

Togetherness – Saison 1

Je ne pense pas que Togetherness apporte de vraies réponses aux questions au cœur de son concept mais je ne pense pas non plus qu’elle en ait la prétention. Elle évoque des réponses parmi tant d’autres et des solutions tentées spécifiquement par ses personnages, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Togetherness reste une production très personnelle, résultant d’un travail fraternel et amical et cela s’en ressent ainsi dans les meilleurs moments de sa narration. Inutile de préciser que la complicité de la bande est évidemment instantanément au rendez-vous et participe au charme du show.

L’ensemble contribue à l’impression d’un récit réellement unique et intime et en ce sens la filiation avec Transparent n’apparaît que plus nette. Cette dernière en est clairement une cousine, bien que les deux opèrent selon des ambitions différentes. Mais j’ai retrouvé dans Togetherness cette sincérité et cette authenticité dans l’écriture qui m’ont rappelé pourquoi j’étais tombé sous le charme de Transparent. C’est d’ailleurs lorsque Togetherness s’éloigne de ce ton, à travers certaines situations amoureuses éculées ou des comiques forcés, que son écriture m’a le moins convaincu. Sa salvation vient alors, dans ces cas-là, de son superbe casting.

Sa petite tendance à parfois trop verser dans la comédie romantique peut également s’avérer assez agaçante et parasite la fraîcheur de certaines tranches de vie qu’elle nous raconte. J’aurais aimé d’ailleurs que le scope d’intérêt, un peu trop focalisé sur les relations amoureuses s’étende, aux autres types d’association, comme l’amitié Brett/Alex et le lien de famille entre Michelle et Tina, un peu survolés à mon goût. Partie remise la saison prochaine ?

Togetherness, qu’on se le dise, n’est pas une série qui restera dans les annales, à mon sens (à ce stade en tout cas). Elle s’intéresse à des thèmes, à des cadres et à des configurations de personnages déjà largement traités en télévision. L’important c’est qu’elle le fait à sa façon, jouant très bien sur l’ambivalence entre la banalité de ses personnages, dans lesquels on peut facilement se reconnaître, et leur dimension unique. Elle déroule ce récit, fait de petits instants quotidiens et propres au groupe, avec une vraie patte personnelle et sincère qui fait tout son charme.

7/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.