Avant-premières/Films

Birdman : Michael Keaton prend son envol

Film complexe aux allures de blockbuster super-héroïque alors que Marvel et DC se font la guerre, Birdman est un film dense, satirique, réflexif mais surtout magistral qui remet sur le devant de la scène un Michael Keaton phénoménal.

499645357

Birdman – 20th Century Fox

SynopsisÀ l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego…  S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir…

Commençant par le plus évident tant on ne parle que de sa probable récompense aux Oscars, le film repose sur les épaules de l’ex has-been Michael Keaton. Il crève l’écran et ce n’est pas seulement parce que son parcours est similaire à ce lui de son personnage, son jeu est égal à l’oubli dans lequel il était tombé, nul doute que ce rôle va lui faire gagner une nouvelle notoriété et c’est mérité !

Le reste du casting n’a pas à rougir, son rival interprété par Edward Norton livre une prestation puissante en jouant un personnage qui va au bout des choses pour rechercher l’authenticité et il assure une partie des scènes comiques. Zach Galifianakis, Emma Stone et Naomi Watts sont également très justes, le premier prouvant qu’il vaut plus que se comédies potaches comme Very Bad Trip, et la seconde sont premier grand film à mes yeux.

Le film a de très bons dialogues qui ont le potentiel de devenir cultes pour les cinéphiles, il ne faut pas se leurrer, je ne pense pas que le film aura une grande reconnaissance auprès du public mainstream qui va être attiré par l’aspect super-héros pour découvrir en réalité un oeuvre qui critique ces films, la société et cette recherche de la célébrité à tout prix, une célébrité qui n’est finalement qu’éphémère. La beauté de Birdman réside dans sa mise en scène naviguant entre réalité et illusion, fantasme. Riggins, le héros, est bloqué dans cet entre-deux dont l’irréalité prend l’apparence du super-héros qui a fait sa gloire des décennies auparavant Birdman et de ses pouvoirs. La théâtralité des mouvements de caméra dans ce qui apparaît comme un unique plan-séquence de deux heures offre des séquences hallucinantes par la mobilité du cadre (dans les couloirs du théâtre, la « balade » sur Time Square).

Cependant, certaines scènes paraissent redondantes, surtout vers la fin, ce qui m’a poussé à ne pas mettre la note maximale. Mais ne faites pas l’impasse sur Birdman qui vous éblouira pas le jeu de se comédiens, ses dialogues, son jeu réalité et irréalité, son montage incroyable et sa bande originale fascinante d’Antonio Sanchez qui est aussi disponible sur Spotify et Itunes.

9/10


Sortie en France : 25 février 2015
Réalisateur : Alejandro Innaritu
Acteurs : Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton, Emma Stone
Nationalité : Américaine
Distributeur : 20th Century Fox

Une réflexion sur “Birdman : Michael Keaton prend son envol

  1. Pingback: The Revenant : une vengeance glaciale | Sur Nos Ecrans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s