Séries/Tout commence avec un pilot

[Pilot] The Strain : des vampires très lents

The_Strain_Early_Promotional_Art

The Strain – FX

SynopsisLe docteur Eph Goodweather du CDC (le centre pour le contrôle et la prévention des maladies) à New York est appelé en urgence après l’atterrissage suspect d’un Boeing 777. Les lumières sont éteintes, aucune communication et à l’intérieur presque tous les passagers sont morts d’un virus inconnu. Pire encore, les cadavres disparaissent des morgues. Eph doit s’allier avec Abraham Setrakian, un survivant de l’Holocauste, pour arrêter ce virus qui transforme la population en vampire et sauver la ville.

Ce long pilote d’une heure et neuf minutes prend son temps, beaucoup trop, pour installer l’ambiance, les personnages et l’intrigue. D’accord pour les deux premiers éléments, il est important de bien présenter ses personnages, autant que le ton pour une série d’une telle envergure. L’adaptation par Guillermo Del Toro de livres et comics écrits par lui-même donne l’eau à la bouche au vu de la filmographie du mexicain. Je dois avouer que je n’aime pas ses films, je reconnais une esthétique et un visuel sublime (Le Labyrinthe de Pan), mais ses histoires et ses personnages me laissent souvent de marbre, encore plus quand il se met à faire du blockbuster décérébré comme Pacific Rim.

Le début fait beaucoup penser au pilote de Fringe, des similitudes sont présentes : un Boing 777 atterit et ses passagers sont morts, l’avion provient de Berlin (comme dans la série de FOX il me semble), une esthétique soignée, un virus. Une fois ces éléments dépassés, les deux pilotes n’ont plus rien à voir. Cependant, ce n’est sans doute pas un hasard que l’avion soit parti d’Europe, c’est dans le vieux continent que le mythe du vampire est né, en particulier dans les pays germaniques.

La première partie est laborieuse en nous montrant les personnages du CDC mener leur enquête pour découvrir ce qui a tué les passagers de l’avion. Le pilote devient prenant lorsqu’il vire au fantastique avec la découverte de ce cercueil bien étrange et du vampire ! Cependant, le héros, interprété par Corey Stoll (House of Cards) est peu charismatique, pour ne pas dire ridicule avec sa moumoute sur le crâne. Les autres personnages qui gravitent autour de lui ne nous sont pas encore assez familiers mais les quelques éléments qui nous sont fournis donnent envie d’en savoir plus. La trahison de son collège même si l’on sait qu’il subi un chantage sans savoir à quoi il participe, et l’énigmatique Abraham Setrakian (David Bradley – Harry Potter) qui a déjà combattu la créature !

Là où le bat blesse est sur l’aspect épouvante que l’on nous a promis et dont Del Toro raffole. Les deux ou trois scènes d’horreur sont impressionnantes et ouvrent des possibilités pour les épisodes suivant en termes de frayeur, notamment la fin entre le père et sa fille, mais pas dans ce pilote. Notons tout de même, la mise en scène inspirée et la photographie soignée qui annonce une série très graphique et visuellement violente.

À cause d’une installation trop longue, ce pilote souffre de lenteurs dispensables mais en offrant un visuel magnifique et des promesses pour le futur, on signe pour la suite. Disons que c’est une (trop) longue introduction !

6,5/10

Une réflexion sur “[Pilot] The Strain : des vampires très lents

  1. Pingback: Comics(TV)Stories – Les comics sur nos écrans S01E03 | Sur nos écrans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s