Festivals/Monte-Carlo

[Critique] Last Light : Un thriller écologique avec Matthew Fox

Présentée en avant-première mondiale lors de la cérémonie d’ouverture du Festival de la Télévision de Monte-Carlo, Last Light est la nouvelle mini-série dystopique adaptée du roman à succès international d’Alex Scarrow. La série signe également le retour de Matthew Fox à la télévision. Vaut-elle le coup d’œil ?

®surnosecrans

Synopsis : La famille Yeats va se retrouver séparer alors que des phénomènes étranges se passent partout dans le monde. Andy, le père de famille et scientifique pour l’industrie pétrolière est en voyage d’affaire et devait rejoindre sa femme, Elena, à Paris qui emmène son fils qui souffre d’une maladie oculaire dégénérative se faire opérer. Quant à Laura, leur fille, c’est une militante qui reste au Royaume-Unis. Vont-ils réussir à s’en sortir vivants et se retrouver ?

Last Light est une nouvelle série dystopique, qui en inventant une catastrophe mondiale permet de faire une critique de notre monde, et en particulier de la crise écologique qui est le cœur du sujet. La série met un peu de temps à démarrer, se concentrant principalement sur les personnages, faisant ainsi durer la mise en place des enjeux sur deux épisodes. Quand on sait que la mini-série ne comporte que 5 épisodes, on se dit qu’ils auraient pu aller directement droit au but.

Sur le papier, le sujet est alléchant, mais finalement quand on regarde ces deux premiers épisodes on a l’impression d’avoir vu ce genre de série à de nombreuses reprises, et rien de mémorable. Ici, le prisme de la famille est choisie pour toucher un grand public, mais c’est du vue et revue, on cherche la véritable plus value à Last Light, en espérant que ça soit dans les épisodes restants.

Le gros point positif de la série est son casting, en commençant par le retour de Matthew Fox dans une série TV. Peut-il vraiment se détacher de son rôle de Jack dans Lost ? Rien n’est moins sûr, surtout qu’il est très facile de trouver des similitudes entre Jack et Andy. A ses côtés, on retrouve Joanne Froggatt (Downtown Abbey), Tom Wlaschiha (Stranger Things, Game of Thrones), Amber Rose Revah (The Punisher) ou encore le français Samir Boitard.

Last Light fait écho aux problématiques de notre société, en particulier à la crise climatique, et reste assez efficace dans l’ensemble. Mais le début est terriblement long et surtout la série manque d’originalité.

5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.