Festivals/Séries/Séries Mania

[Critique] Jeune et Golri (OCS) : La comédie « romantique » de l’année

Jeune et Golri est la nouvelle série OCS signature, disponible à partir du 2 septembre sur OCS. Récompensée en tant que meilleure série française à Séries Mania 2021, laissez-vous embarquer dans les aventures de Prune et Alma. Coup de cœur assuré !

Jeune et Golri – OCS Signature – 2021

Synopsis : C’est l’histoire de Prune, 25 ans, stand-uppeuse en panne d’inspiration, jeune et golri, qui tombe amoureuse de Francis qui a 46 ans et un enfant. C’est l’histoire de Prune qui devient belle-mère alors que ses copines sont encore en descente de MDMA, et qu’elle a le même âge mental que la petite. C’est l’histoire d’une maternité non choisie mais golri.

Jeune et Golri ne s’adresse pas qu’aux jeunes. Bien au contraire c’est une série intergénérationnelle qui aborde différents thèmes universels comme l’amour, les choix de vie, la persistance dans le travail pour arriver à ses objectifs, l’envie (ou non) de maternité… Tant de sujets abordés avec humour et légèreté tout en restant sérieux.

Jeune et Golri nous plonge dans l’univers du stand up pour nous raconter principalement une histoire d’amour et tous les problèmes qui peuvent tourner autour. La série à une fraîcheur qui fait qu’on accroche de suite à cet univers et à ces personnages imparfaits mais tellement drôles et attachants.

La série est tout d’abord servie par son écriture fine et acerbe, qui sait faire rire quand il faut et nous toucher dans les bons moments. Un bon mélange d’émotions qui s’en sort haut la main dans cet exercice de style souvent casse gueule. L’autre atout à la série est ses acteurs talentueux. Coup de cœur en particulier pour ce duo de personnage Prune/Alma qui vont d’abord se prendre au jeu du chat et de la souris pour finalement créer un lien fort. Du haut de son jeune âge, Jehanne Pasquet est déjà une actrice talentueuse. La série est menée à la perfection par l’humoriste Agnès Hurstel, qui en plus d’avoir le rôle principal de la série en est l’une des créatrices. Elle tourne d’ailleurs dans le bar où elle a fait ses débuts sur scène. Mais dans Jeune et Golri, les personnages secondaires ne sont pas en reste, et c’est avec plaisir qu’on retrouve sur notre écran Marie Papillon, Jonathan Lambert ou encore l’humoriste Paul Mirabel, pour ne citer qu’eux. L’actrice Fanny Sidney (Camille de Dix pour cent) se retrouve cette fois-ci derrière la caméra en tant que réalisatrice de la série.

Cette comédie est un bon moyen de découvrir l’univers de stand up, pas souvent mis en avant à la télévision, dans un univers totalement assumé. Mais finalement c’est cette relation maternelle, non désirée, qui va prendre le pas sur le reste au fur et à mesure des épisodes, donnant une autre dimension à la série, qui nous fait oublié les quelques maladresses en cours du chemin.

Des vannes, de l’amour, de la tendresse mais surtout beaucoup d’éclats de rires, c’est la recette de Jeune et Golri, une comédie réussie qu’il ne faut surtout pas manquer.

9/10

Une réflexion sur “[Critique] Jeune et Golri (OCS) : La comédie « romantique » de l’année

  1. Pingback: Nos coups de cœur du Festival Séries Mania 2021 | Sur Nos Ecrans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.