Rencontre avec.../Séries

[Interview] Franck Gastambide (Validé) : « On travaille sur la saison 2 »

A l’occasion de la sortie de la série Validé le 20 mars sur Canal+ Séries et MyCanal, nous avons rencontré Franck Gastambide (créateur, scénariste, réalisateur et acteur).

®surnosecrans – 2020

Qu’est-ce que le rap pour vous aujourd’hui ?

Franck Gastambide : Le rap est la première musique de France, j’ai commencé à écouter du rap quand j’avais 20 ans. Maintenant les rappeurs remplissent les stades de France, le Vélodrome ou encore l’U Arena. Il y en a pour tous les goûts, tous les genres maintenant, pour les jeunes et les moins jeunes.

Quelles sont vos influences ?

Franck Gastambide : NTM, IAM, parce que j’ai commencé à écouter du rap au début des années 90. Puis tout ça évolue. Mais j’écoute aussi les jeunes. J’écoute quasiment que du rap donc j’écoute de tout. J’ai pas la sensation que c’était mieux avant, oui c’était plus du texte. Sauf que c’est une évolution fantastique le rap, c’est une musique qu’on faisait dans des caves, maintenant on fait des stades. Je suis très en paix avec l’évolution de cette musique, mais en effet mes influences c’est plus les raps à texte.

D’où vient le nom Validé ?

Franck Gastambide : C’est venu très tôt, quand je réfléchissais à la série il y a 3 ans, je cherchais un titre en un mot, qui représente ce que j’avais envie de raconter. « Validé » déjà c’est dans le lexique du milieu urbain très fort, du milieu du rap. Pour faire du rap il faut être validé, par une maison de disque, par le public, par d’autres rappeurs, ce mot racontait tout. Etre validé c’est pouvoir faire une carrière.

Comment s’est passé le casting de Hatik ?

Franck Gastambide : La problématique était de trouver des comédiens qui soient aussi bons acteurs que rappeurs, et ça j’en connais pas. Sam’s on se croise sur le film La surface de réparation, je me rends compte qu’il est bon rappeur, qu’il est bon acteur, qu’il a beaucoup de rigueur, ça éveille en moi cette réflexion que c’est peut-être possible. ça a commencé à mûrir comme ça dans ma tête, puis des discussions avec Canal, et on s’est dit que la série pourra être de qualité que si on trouve quelqu’un qui a les 2 talents. Les castings ont été un long chemin, très vite on a été confronté à cette question : faut-il un acteur qui sait rapper ou un rappeur qui sait jouer ? On voit des centaines de mecs, certains avec beaucoup de talents, qui savent rapper et on fait des essaies et ça marche pas, et l’inverse. Donc on ne passe pas par le milieu classique des castings. Et c’est un mec qui me parle d’Hatik et je vois une vidéo. Je me rends compte tout de suite qu’on a un mec qui rappe, qui a un charisme, qui dégage quelque chose, donc on fait des essaies, on voit qu’il y a beaucoup de travail, donc on a travaillé. Il a des supers bases, il est très travailleur, très motivé, donc on a  beaucoup fait de prépa et de répét.

Comment s’est passée l’écriture des musiques de la série ?

Franck Gastambide : Il y a Sam’s qui a un peu supervisé tout ça, et on a fait intervenir des rappeurs connus qui ont participé à l’écriture, Hatik a écrit une grande partie de ses textes. Avec les auteurs on leur a briefé des thématiques et ils nous envoyaient des morceaux, on leur faisait des retours.

Vous avez énormément de guests dans la série, des rappeurs, animateurs radio, Cyril Hanouna… Est-ce vous qui leur avez proposé de jouer dans la série ou c’est eux qui vous ont contacté ?

Franck Gastambide : Dans les guests, celui qui m’a envoyé un message alors qu’on ne se connaissait pas c’était Lacrim pour le coup, il avait fait un morceau sur la BO de Pattaya donc on avait un petit contacte, mais on avait communiqué sur le fait qu’une série sur le rap allait se faire avec Canal, il a vu passer ça et m’a envoyé un petit message sur Instagram. J’étais ravie de sa démarche et qu’il me fasse preuve de son envie. Pour les autres, je les ai intéressé au projet bien avant qu’on communique dessus. Fred de Sky, il était évident par exemple qu’il fallait qu’on travaille avec Skyrock, car beaucoup de carrières démarrent là-bas et dans la série tout démarre avec Fred, ça fait 20 ans qu’il fait ça, Fred a vu passer tout le rap français. Cyril Hanouna, les rapports privilégiés que j’ai avec lui ont fait que j’ai pu lui demander de jouer, un truc pas forcément évident pour lui car il faut un sale coup. Pour Cyril ça se passe avec un texto, et puis on fait une prise et on repart avec la petite cassette.

Pourquoi tant de haine dans la série ?

Franck Gastambide : Parce que c’est la réalité. C’est très édulcoré dans la série. Le but était de faire découvrir le milieu du rap.

Pourquoi édulcorer ?

Franck Gastambide : Déjà là que ça vous a paru très chaud (rires). Non mais aussi il y a un moment où ça devient plus du tout fascinant et un petit peu pathétique, l’idée n’était pas d’aller jusque là. La réalité c’est que ça fascine le public de voir les affrontements entre les rappeurs, et c’est hallucinant de voir l’impact médiatique.

Vous avez évité les clichés et idées reçus ?

Franck Gastambide : J’ai essayé d’être au plus près de la réalité, j’ai même choisi des gens qui avaient des ressemblances physiques avec les protagonistes. On a même poussé tout ça jusqu’à aller tourner chez Universal, les locaux de Omega sont les locaux de Universal. Le personnage de Sabrina Ouazani est inspiré d’une cheffe de projet très connue chez Polydor qui gère entre autres Nekfeu... Et puis beaucoup jouent leur propre rôle, c’est à dire Laurent Bouneau le patron de Skyrock joue son propre rôle, au Zenith on a de vraies personnes qui y travaillent. C’était super aussi de se rendre compte que tout ce milieu attendait d’avoir sa première série. Ils connaissaient toutes les séries américaines comme The Get Down, Atlanta, Power, en France on en avait pas, et c’était très chouette de se dire que tout le monde en avait envie.

Comment voyez-vous l’évolution du milieu du rap avec l’arrivée des réseaux sociaux ?

Franck Gastambide : C’est effectivement ce qui a changé. A l’époque les bagarres et les embrouilles entre rappeurs ça existait déjà sauf qu’il n’y avait pas les réseaux sociaux qui relayaient tout. Puis c’était un milieu très underground. Maintenant ce qui est fascinant c’est que se sont des « rockstars » qui vont se bagarrer, c’est risible, ils continuent malgré leur statue de « superstar », et c’est sur les réseaux sociaux. Les mecs font monter la sauce sur les réseaux sociaux, et les fans attendent que ça.

Vous allez suivre la diffusion de la série sur les réseaux sociaux ?

Franck Gastambide : Oui évidemment. Je suis un peu anxieux, mais très détendu depuis la diffusion du teaser, je n’ai jamais eu autant de retours aussi dithyrambiques sur aucun de mes projets. Quelque chose de très fort c’est passé, une sorte d’unité du milieu du hip-hop, du rap, qui aurait pu se désintéressé mais au lieu de ça le lancement a été suivi par des rappeurs très puissants, même ceux qui ne sont pas dans la série, et qui sont très suivis, et donc qui valide la série. Mais aussi les gros réseaux comme Skyrock qui se demandaient comment ils allaient être traités. Et c’est une énorme victoire que les premiers concernés valident.

Quelles séries ont pu être des influences pour ce projet ?

Franck Gastambide :  Gomorra principalement.

Quelles sont vos attentes ?

Franck Gastambide : Que ça soit un phénomène. Pour le milieu du rap, ce que je ressens, c’est que c’est quelque chose d’historique, c’est la première série française dans le milieu du rap, c’est la réalité.

Avez-vous écrit Validé comme une mini-série ou envisagez-vous une saison 2 ?

Franck Gastambide : On travaille sur la saison 2, d’ailleurs on va même bientôt commencer le tournage. Je serai autant impliqué. De nombreux rappeurs m’ont contacté pour participer à la saison 2.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.