Séries/Tout commence avec un pilot

[Pilot] Marvel’s The Punisher : Blood and Bored

Après une entrée triomphale dans le MCU dans la seconde saison 2 de Daredevil, le Punisher se voyait offrir sa propre série sur Netflix. Après avoir été retardé d’un mois après une énième fusillade aux États-Unis (sic), le petit dernier de l’écurie Marvel se dévoile dans cette première saison de treize épisodes ce vendredi 17 novembre sur Netflix. Sur Nos Écrans a pu voir les premiers épisodes, la qualité de The Punisher est-elle plus proche de Daredevil ou d’Iron Fist ?

Marvel’s The Punisher – Netflix – 2017

Synopsis : Après avoir vengé la mort de sa femme et ses enfants, Frank Castle découvre un complot qui dépasse de loin tous les méfaits de la pègre new-yorkaise.

Je vais être franc, sur les six épisodes offerts par Netflix je n’ai pu en supporter que trois. La faute à un début de série qui tourne déjà en rond après trois épisodes, l’ambition de l’histoire serait-elle si faible que les scénaristes essaient de meubler dès le départ ?

Les deux premiers épisodes nous montrent la situation de Frank Castle (Jon Bernthal) depuis la fin de Daredevil et met en place cette nouvelle intrigue conspirationniste envers le gouvernement et le passé de Frank lorsqu’il appartenait aux Forces Spéciales (« Black Ops »), maintenant qu’il a fini de se venger de la mafia pour le décès de sa famille. C’est par ce biais que l’on fait la connaissance de nouveaux personnages notamment de l’agent Dinah Madani (Amber Rose Revah) de la Sécurité Nationale (« Homeland Security »), fille de réfugiés iraniens ce qui lui confère une motivation supplémentaire qui explique la détermination dont elle fait preuve dans cette enquête. À voir si les scénaristes tentent d’intégrer un discours politique par la suite…

La série passionne lorsqu’elle traite du retour des soldats et surtout de la souffrance des vétérans avec par exemple un ancien frère d’arme du Punisher Curtis (Jason R. Moore) qui aide les soldats souffrant de Syndrome de Stress Post-Traumatique (le malheureusement fameux « PTSD »), mais cette partie est la moins développée à ce stade de la série. Espérons que les scénariste offre plus de place à ce sujet par la suite parce que c’est un sujet peu abordé à la télévision et en dehors de cela la série est d’un ennuie mortel !

On nous rabâche les mêmes phrases, les souvenirs et flashbacks se répètent sans vraiment apporter plus d’information. Leur seul intérêt semble être de cacher le scénario déjà bancal. Karen Page (Deborah Ann Woll) fait une apparition (et d’autres probablement par la suite) mais la magie n’est plus là. Quant au futur sidekick du Punisher, Micro (Ebon Moss-Bachrach), il est peu présent dans ces premiers épisodes donc il est difficile de juger le personnage pourtant il ne semble pas avoir une grande profondeur. Les dix épisodes restants vont sembler très très long !

Série attendue au vu des prémices du personnage dans Daredevil, la déception est tout aussi grande. Le Punisher est un super-héros violent et avec l’actualité des Etats-Unis, on aurait été en droit de s’attendre à un discours sur la violence et les armes, mais pas du tout ! Peut-être plus tard dans la saison ? Après Luke CageIron Fist et The Defenders, les séries Marvel de Netflix ne cessent de baisser en qualité. Heureusement qu’on peut compter sur les Agents du SHIELD qui reviennent bientôt !

4/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s