Avant-premières/Films

99 Homes : être un salaud pour sauver sa famille ?

Alors que The Big Short a bien fonctionné au Box-Office et remporté un Oscar, 99 Homes, qui traite du même sujet, vient de sortir en e-cinéma sur toutes les plateformes de VOD depuis vendredi 18 mars.

99 Homes - Wild Bunch

99 Homes – Wild Bunch

Synopsis : Rick Carver, homme d’affaires à la fois impitoyable et charismatique, fait fortune dans la saisie de biens immobiliers. Lorsqu’il met à la porte Dennis Nash, père célibataire vivant avec sa mère et son fils, il lui propose un marché. Pour récupérer sa maison, sur les ordres de Carver, Dennis doit à son tour expulser des familles entières de chez elles.

Récompensé par de nombreux prix dont le Grand Prix du festival de Deauville en 2015, 99 Homes est la lutte d’un père pour récupérer sa maison et y mettre à l’abris sa famille après leur expulsion. Mais en ces temps difficiles après les subprimes, il n’y a plus de travail et les seuls à engager sont ceux qui profitent de la crise comme Rick Carver (Michael Shannon), un agent immobilier qui bosse dans la saisie de maisons. Dennis Nash (Andrew Garfield) doit alors s’allier avec l’homme vu comme un salaud par ceux qu’il expulse dont faisait partie Dennis. Mais à situation extrême, mesure extrême. Comment vivre sur le malheur des autres ? Dans une situation qu’il a lui-même connu, et surtout en le cachant à son entourage.

La décision de le sortir en e-cinéma est étonnante avec un sujet et un casting comme celui-ci. 99 Homes parle avec brio de son sujet, en tout simplicité, en étant au plus proche de ses personnages avec la réalisation de Ramin Bahrani, à la différence de The Big Short qui se veut faussement ironique en claquant de l’argent pour un rien, Margot Robbie dans une baignoire, pour nous parler de la ruine de millions de personnes.

Pour le négatif, on peut regretter le trop peu de temps à l’écran de Laura Dern dans le rôle de la mère préférant se center sur le personnage de Garfield. Une dizaine de minutes en moins sur les 1h50 du long-métrage aurait permis de dynamiser le dernier segment qui perd un peu le spectateur, dommage de finir ainsi.

7/10


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s