Films

Rencontre avec Jean-Paul Rouve, le réalisateur du film Les Souvenirs

Sur Nos Ecrans a été invité à la projection du film Les Souvenirs en présence de son réalisateur, Jean-Paul Rouve. Ce dernier s’est prêté au jeu des questions/réponses. Ainsi il nous dévoile ses souvenirs.

7163863-10985740

Les Souvenirs – UGC Distribution – 2015

 – Comment s’est passé l’adaptation du roman de David Foenkinos?
Nous l’avons adapté à deux. David avait déjà travaillé dessus avant. Mais dans le film il n’y a que 3/4 du livre, nous avons enlevé toute la partie où Romain sort avec la fille. Nous nous sommes d’avantage concentré sur l’humour, le rôle de la grand-mère et du père.

– Pourquoi ce livre?
David m’a contacté.On a énormément de points communs. Il avait envie de parler des rapports intergénérationnels, de la relation père/fils, du temps qui passe… Ce sont des sujets qui m’intéressent.

– Comment s’est déroulé le casting?
Annie est arrivée tout de suite au moment de l’écriture. Je l’avais déjà vu jouer des rôle dramatique, c’était une évidence pour le rôle de Madeleine. Puis après Michel blanc. Pour le rôle de Romain, on a fait passer un casting de jeunes hommes entre 20 et 25 ans. David s’est occupé que du scénario, pas du casting. Pour le rôle du patron de l’hôtel ce n »était pas moi qui devait le jouer à la base, puis après je me suis dit « pourquoi pas ». Je ne voulais pas vraiment être acteur sur le film, j’ai par le passé déjà fait acteur et réalisateur et c’était très crevant. Là ça allait, pour mon rôle il a fallu que 2 jours de tournage et ça a économisé un cachet.

– Combien de temps vous a t-il fallu pour adapter le livre?
1 an pour passer du livre au scénario.

– Est-ce autobiographique pour vous?
Non, ni pour moi ni pour David.

– Quelle est la touche d’humour que vous avez apporté au film?
Le rôle du colocataire qui n’existe pas dans le livre, la scène à l’office du tourisme, la scène avec le médecin pour déplacer le corps de l’hôpital…

– Comment avez vous développer le rôle du patron de l’hôtel?
Je ne voulais pas qu’il soit un père de substitution pour Romain mais que Romain soit un fils de substitution pour lui. Donc j’ai rajeunit le patron de l’hôtel pou qu’il soit plus jeune que le père de Romain.

– Le film est très réaliste et les décors y contribue, c’était quelque chose de voulu?
Oui en effet. Par exemple, l’appart des colocs est très réaliste, nous voulions un vrai appart parisien dont on aurait rien à bouger dedans.

– Comment s’est passé le tournage avec Michel Blanc?
Plus les acteurs sont importants, plus ils sont humbles. C’était un acteur comme un autre sur le plateau. 3 mot pour le caractériser : simplicité, générosité et humilité total.

– C’était voulu de faire un film en miroir?
On retrouve le cimetière au début et à la fin du film pour montrer le cycle de la vie et que tout recommence.

– Comment avez vous fait pour garder autant d’authenticité?
Par exemple, on a tourné dans une vraie maison de retraite avec les vrais pensionnaires. Tout a été tourné en condition. La vieille dame en fauteuil parlait en fait de l’équipe du films quand elle dit « ils sont gentils ». Pareil pour les urgences, c’était les vrais urgences d’un hôpital, ce qui était compliqué pour le tournage. De même pour l’école, les élèves n’étaient pas au courant et ont du préparer des question pour Annie. Annie ne connaissait pas les questions avant le tournage.

– Quel est le rôle de la musique dans le film?
Alexis Rault a travaillé la musique dès le scénario. Je n’aime pas quand il y a trop de thèmes dans les films. Julien a accepté de reprendre la chanson »Que reste t-il de nos amours » de Charles Trenet, avec tout le talent qu’on lui connaît. Trenet représente la grand-mère et la variété française de l’époque alors que Julien Doré représente la jeunesse et la variété française de maintenant.

– Qui a peint les tableaux affreux?
Le chef déco

– Pourquoi avoir choisi de mettre autant de comédie dans le film?
Mettre de la comédie, ça permet de ne pas tomber dans le pathos. Le but était que le film soit sur le fil de la comédie et du drame en permanence.

Une réflexion sur “Rencontre avec Jean-Paul Rouve, le réalisateur du film Les Souvenirs

  1. Pingback: Les Souvenirs : Drôle et émouvant, la bonne surprise de ce début d’année | Sur nos écrans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s