Avant-premières/Films

The Face of Love : on a tous un double dans le monde

Annette Bening et Ed Harris dans The Face of Love - 2013 - Chrysalis Films

Annette Bening et Ed Harris dans The Face of Love – 2013 – Chrysalis Films

Synopsis Cinq ans après la mort de son mari, Nikki tombe sur son sosie parfait. Elle décide de le séduire…

Le pitch est simple, mais l’intrigue est suffisamment riche pour tenir sur 1h30. Le début du film installe une dynamique de comédies romantiques classiques. Elle a perdu son mari, elle rencontre un nouvel homme alors qu’elle voulait rester célibataire et ils tombent amoureux l’un de l’autre. Sans oublier le voisin amoureux de Nikki, mais qu’elle voit comme un ami. Sauf qu’en ajoutant cette dimension du double exact de son mari, le film tourne en un drame passionnant.

Cette histoire presque malsaine d’une romance avec le sosie de son défunt mari permet de nous interroger. Que ferait-on si l’on était à la place de Nikki ? Est-elle amoureuse de Tom ou du souvenir de Garett ? Le réalisateur entretient l’ambivalence : elle prend des cours de peinture parce que son mari aimait cet art, mais aussi pour se rapprocher de Tom qui est un professeur d’art pictural. Elle oscille entre des moments avec Tom et des scènes passés avec son mari qu’elle rejoue. Le passé et le présent se mélangent à force et à mesure que l’héroïne devient un personnage détestable et égoïste pour les personnes qui gravitent autour d’elle.

On est forcé de se sentir compatissant pour Nikki et son exaltation est communicative quand elle est avec Tom. Elle rit, le sourire de l’actrice irradie et on est heureux pour elle. Jusqu’à ce qu’elle fait tout pour garder le sosie de Garett pour elle, elle le cache aux yeux de son voisin qui était le meilleur ami de son ami, et surtout aux yeux de sa fille. Lorsque cette dernière découvre le pot aux roses, elle panique, une réaction tout à fait normale au vu de la situation et sa mère lui ordonne de partir. Nikki se montre égoïste en répétant qu’elle « a besoin de lui », sans se préoccuper du choc pour son entourage, en particulier pour sa fille.

Ce second film d’Arie Posin, très inspiré de Vertigo de Hitchcock avec notamment la reprise au début du chassé-croisé dans le musée comme dans le film de 1958, est doté d’un casting de stars telles qu’Annette Bening (Les Arnaqueurs, Mars Attacks, American Beauty, The Kids are all right) qui interprète la troublante Nikki, Tom/Garett est joué par Ed Harris vu dans La Firme, Abyss, Snowpiercer, n’oublions pas Robin Williams (The Crazy Ones, Madame Doubtfire, Le Cercle des poètes disparus, Insomnia) cantonné au rôle secondaire du voisin, ainsi que Jess Weixler (The Good Wife) dans le rôle de la fille de Nikki et Garett.

Le point négatif de The Face of Love est sa conclusion peu satisfaisante. On nous sert une maladie qui sort de nulle part et un romantisme ridicule avec cette peinture de Nikki. L’idée qu’on ne savait pas si elle aimait Tom juste parce c’est le sosie de son mari ou si elle avait eu des sentiments pour lui était intéressante. On pense que la fin du film vient donner une réponse à cette interrogation et on aurait préféré rester dans l’ignorance.

6,5/10


Sortie en France : 16 juillet 2014 (découvert au Champs Elysées Film Festival le 17 juin)
Réalisateur : Arie Posin
Acteurs : Annette Bening, Ed Harris, Robin Williams, Jess Weixler
Genre : Drame romantique
Nationalité : US
Distributeur : Chrysalis Films

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.