Avant-premières/Films

A Trois on y va : 1, 2, 3…

071757

SynopsisCharlotte et Micha sont jeunes et amoureux. Ils viennent de s’acheter une maison près de Lille pour y filer le parfait amour. Mais depuis quelques mois, Charlotte trompe Micha avec Mélodie… Sans rien soupçonner, se sentant toutefois un peu délaissé, Micha trompe Charlotte à son tour… mais avec Mélodie aussi ! Pour Mélodie, c’est le vertige. Complice du secret de chacun. Amoureuse des deux en même temps…

A Trois on y va est mon premier film de Jérôme Bonnell et j’ai été agréablement surpris par la sincérité et la poésie qui s’en dégage, ainsi qu’au mélange des genres. Le film passe de la comédie de vaudeville à des moments plus dramatiques avec une facilité déconcertante.

Le film évite les clichés que l’on pourrait imaginer sur les ménages à 3, ou les blagues vaseuses qui pourraient être faciles et qui le gâcheraient. L’histoire peut sembler cocasse, un couple qui trompe l’autre avec la même femme, mais certaines scènes dégagent une mélancolie et une certaine tristesse. Et il ne faut pas oublier des scènes de passion amoureuse électrisante. Des passions réalistes que l’on sent dans l’alchimie des trois comédiens parfaits l’un avec l’autre, de très belles performances d’Anaïs Demoustier, Félix Moati et Sophie Verbeeck ! C’est l’histoire de passions, de personnes qui suivent leurs désirs, leurs envies, leur cœur enrobé dans un écrin de sincérité et de liberté sans étiquette. Mais pas une liberté totale, je le crains, c’est en cela que la fin me déçoit.

Attention spoilers sur la fin

Alors que tous les personnages succombent à leurs désirs, le réalisateur a choisi de briser le nouvellement formé statu quo du ménage à trois révélé dans scène sublime silencieuse et tout en retenu, juste ce qu’il fallait. Pendant tout le film, les personnages sont misérables loin de l’autre, leur bonheur s’accomplie une fois réuni sauf que Charlotte les quitte sans prévenir car ils sont supposément fait l’un pour l’autre. D’où cela sort ? 5 minutes avant ils étaient heureux dans l’accomplissement de leurs désirs amoureux ? Une fin ratée qui rembobine les derniers instants, selon moi, et qui arrive comme un cheveu sur la soupe. Est-ce la cause à une forme d’autocensure à cause des mœurs ? Jérôme Bonnell a répondu lors d’une masterclass après la projection que ce n’était pas le cas, que c’était la fin naturelle à laquelle il avait pensé dès le départ, il a essayé de se justifier avec le personnage de Charlotte qui est plutôt insaisissable pendant tout le film. Je ne suis pas convaincu et pense très sérieusement que c’est une forme d’autocensure inconscience.

7,5/10


Sortie en France : 25 mars 2015
Réalisateur : Jérôme Bonnell
Acteurs : Anaïs Demoustier, Félix Moati, Sophie Verbeeck
Nationalité : France
Distributeur : Wild Bunch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s