Séries

Game Of Thrones [Saison 7] : Le pivot de la série

La saison 7 de Game Of Thrones s’est achevée le mois dernier au bout de 7 épisodes réalisant des records d’audience (et de téléchargement) partout dans le monde. Retour sur cette saison chargée en action.

Game of Thrones – HBO – 2017

Diffusée avec trois mois de retard sur le planning habituel, l’anticipation des spectateurs et fans les plus ardus était à son comble au lancement du premier épisode en juillet dernier. Cependant, au fil de la saison, bien que la suprématie artistique de la série n’ait jamais été remise en cause, beaucoup ont remarqué certains changements dans la construction de la série, en parallèle aux 6 saisons précédentes.

 Game of Thrones étant une série que l’on apprécie réellement en ayant saisi toutes les intrigues sous-jacentes, à force de visionnage et de revisionnage, il faut un certain temps de ‘ recul ‘ pour donner un avis sur la saison intégrale et sur la légitimité (à long terme) de certaines critiques.

Dans chaque série, l’avant-dernière saison (quand elle a le luxe d’être prévue à l’avance), est toujours  construite comme une saison pivot, amenant vers l’epilogue final. Déjà difficile dans une série ‘ normale ‘, on peut comprendre la difficulté d’une saison pivot pour Game Of Thrones, celle-ci rassemblant plusieurs intrigues (très) complexes. L’intrigue principale de cette saison est axée sur l’arrivée imminente de l’armée des morts à Westeros, éclipsant ainsi les intrigues shakespeariennes secondaires, beaucoup de spectateurs y voyant le départ de l’auteur George RR Martin de l’équipe d’adaptation, afin d’aller terminer le dernier tome de sa célèbre fantasy.

Pourtant, même avec George RR Martin toujours dans l’équipe artistique de la série, on notait des différences entre l’intrigue de la série HBO et l’œuvre originale (Ramsay Bolton est bien portant dans les livres, Stannis de même). La saison 7 a d’ailleurs fait beaucoup de ping-pong entre les lecteurs du livre VS les simples adorateurs de la série, notamment concernant Sans. Dans le livre, on est témoin de beaucoup plus d’atrocités envers Sansa de la part de Ramsay, qui sont implicitement dits dans la série mais  parfaitement compréhensible pour les lecteurs. Ainsi Sansa parle de son excision avec Arya et LittleFinger sans jamais prononcer le mot.

Pourtant, si l’axe de la série cette saison est centrée sur les marcheurs blancs, c’est bien l’auteur qui l’a voulu. Les intrigues se résolvent peu à peu et la série doit aller vers la grande bataille des vivants contre les morts, comme prévu dès la première scène de la série. Après tout, c’est bien cette intrigue qui ouvre la série en pré-générique du premier épisode ‘ Winter is coming ‘. Cependant pour ceux qui préfèrent les grandes intrigues psychologiques, qu’ils soient rassurés, la saison 7 n’a pas apporté de réponses à certaines intrigues égrainées dans la série ou à différentes prophéties (on attend de voir si la prédiction autour des morts de Varys et de la femme rouge à Peyredragon se réalisera tout comme la ‘ probable ‘ mort d’Arya que la femme rouge voit dans la saison 2 en ayant déjà prédit l’aventure ‘ sans-visages ‘ d’Arya).

La distance reste tout de même le sujet le plus discutée cette saison, avec des distances démesurées parcourues en … un plan de coupe. Même si l’un des réalisateurs explique que les gens ne devraient pas s’occuper de ça, portant un coup à la perfection planifiée de longue date sur les scénarios de la série, on peut tout de même mentionner que le fait n’est pas nouveau. En effet, il suffit d’un binge-watch des 7 saisons pour réaliser qu’en réalité, cette formidable aventure (parce qu’elle l’est), n’est pas si lente que ça et que les choses vont vite depuis l’intrigue ‘ domino ‘ qui nous mène à aujourd’hui (tout étant parti de Bran poussé par la fenêtre). De plus, l’évidence nous fera dire que plus les saisons passent, plus le cercle de personnages se restreint, et donc les intrigues et les décors. Auparavant quand parfois dix intrigues se relayaient, aujourd’hui seuls trois ou quatre font la série, on y voit donc plus les personnages et le spectateur a l’impression que tout va plus vite, comparé aux saisons 2 et 3 et ses multitudes d’intrigues.

En revanche, l’intrigue de Winterfell devait cette année rassasier les fans du coté Shakespeare de la série, avec le quotor Arya/Sensa/Bran/LittleFinger. Mais on restera sur notre faim avec une intrigue qui prend différentes directions et dont la solution finale (bien que géniale) n’explique pas les fausses pistes émincées dans la saison.

Néanmoins toujours dans ces recherches d’intrigues shakespeariennes, deux moments sont à noter et font partie des meilleures scènes de la série : la mort d’Olenna Tyrell tout d’abord, prouvant à ceux qui en doutent que la série peut tenir des dizaines de téléspectateurs en haleine par la force de ses dialogues. Seuls deux personnages en scène, aucune violence, et tout reposant sur le jeu parfait de Diana Rigg en reine des roses. Le second étant évidemment l’attaque surprise de Daenarys à HautJardins, avec une réalisation (presque) aussi forte que la bataille des batards.

Cette saison est donc à déguster après un bingewatch complet des autres saisons et à apprécier comme le hors d’œuvre du festin final, prévu pour 2019.

9/10

Article rédigé par Kevin Elarbi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s