Séries/Tout commence avec un pilot

[Pilot] Supergirl le clash : Pour ou contre ?

La cousine de Superman est de retour à la télévision avec une série rien qu’à elle. Diffusée à partir du 26 octobre sur CBS, la série Supergirl fait déjà beaucoup parler d’elle depuis la diffusion de son trailer lors des Upfronts 2015. Ce pilot vaut-il tout ce pataquès qu’on fait autour de lui ?

supergirl-serie-2015-photo-pilot-melissa-benoist-mehcad-brooks-700x467

Supergirl – CBS – 2015

Synopsis : Kara a été envoyée sur Terre en même temps que son cousin Kal-El, dans le but de veiller sur lui et le protéger. Malheureusement, elle a disparu plusieurs années dans la zone fantôme avant d’arriver sur Terre. Elle n’a pas vieilli, mais Kal-El est déjà devenu le super-héros qu’on connaît tous : Superman. Si elle a les même pouvoir que son cousin, elle a grandi de façon totalement normale. Mais un jour, Kara pense que sa destinée est d’aider les autres et pas seulement amener des cafés à sa boss tyrannique.

Après Arrow et The Flash, DC Comics adapte Supergirl à la télévision. Mais ce n’est pas sa première apparition puisque Supergirl a eu une adaptation cinématographique en 1984 avec en tête d’affiche Helen Slater. Le personnage de Kara a fait également une apparition dans la série Smallville. Laura Vandervoort prend les traits de la cousine de Clark Kent lors de la saison 7 de la série.

Ne lisant pas les comics, la seule idée que j’ai du personnage de Kara, avant de découvrir cette nouvelle série, est celui introduit dans Smallville. Un personnage plutôt déplaisant et détestable. Je pars donc avec un mauvais a priori avant même de voir le trailer de la série. Mais après visionnage de ce pilot, le personnage de Kara se révèle être totalement différent de celui dans Smallville. Ouf !!

La vraie question qu’on peut se poser à la base sur Supergirl c’est : Qu’est ce qu’elle fait sur CBS ? Le pilot est calibré du début à la fin comme une série de la CW. (Entendons nous bien, ce n’est pas un reproche, la CW sait faire de très bonnes séries. C’est plutôt une question de cible et de public, d’autant plus que Arrow et Flash sont diffusées sur cette chaîne, et donc dans la logique Supergirl aurait du suivre le même chemin).

Dans ce premier épisode, on découvre, assez rapidement, l’histoire de Kara, ses origines et sa transformation en Supergirl. On sent la volonté des scénaristes de ne pas s’attarder trop longtemps dessus pour axer d’avantage la série sur ses aventures en tant qu’héroïne. Y-avait-il plus à développer sur ses origines ? Pas sûre, la série prend donc très rapidement des airs de série de super-héros mignonnette où on évite de faire quelque chose de trop sombre. Assez rythmé, le pilot va à l’essentiel pour nous montrer comment Kara devient Supergirl. L’épisode est efficace mais reste tout de même pour un public jeune, dans la lignée d’un Flash par exemple, d’où le questionnement sur sa chaîne de diffusion.

Supergirl réunit un casting très sériel. Melissa Benoist, vue dans Glee, a été très critiquée sur sa prestation. Pour moi, elle fait le job et est totalement crédible en fille un peu cruche et naïve, ce qui amène une certaine fraîcheur à la série. Calista Flockhart (Ally McBeal, Brothers and Sisters…) est excellente en patronne tyrannique. On retrouve Chyler Leigh (Grey’s Anatomy, Taxi Brooklyn) dans le rôle d’Alex la sœur adoptive de Kara, mais également David Harewood, vu dans Homeland. Comme dans Smallville à l’époque, Supergirl a le droit à des clin d’œil à la mythologie de Superman puisque Dean Cain et Helen Slater interprètent les parents adoptifs de Kara. Le Jimmy Olsen de cette série est noir et beau goss, un choix qui ne dérange absolument pas, au contraire, le personnage est revisité de façon moderne, et on ne peut pas dire que c’est pour nous déplaire. Quant au personnage du meilleur ami de Kara amoureux d’elle, on peut dire qu’il n’a rien d’original et que c’est un cliché ambulant. Il trouverait peut-être un peu d’intérêt s’il devenait méchant. En attendant, la question qu’on se pose dorénavant c’est : Aura t-on la chance de voir apparaître le personnage de Superman dans un épisode ? Même si on ne le voit pas, il est omniprésent dans ce pilot. Peut-être pour un épisode événement ? (ou pour remonter des audiences catastrophiques ?)  Qui sait, Tom Welling est peut-être disponible pour enfiler la cape et les collants le temps d’un épisode.

La série a bien évidement de nombreux défauts, même si ça ne vaut pas la peine de se focaliser juste là-dessus, on note tout de même certains effets spéciaux un peu cheap (dommage vu le budget engagé sur ce pilot). Mais ce qui m’a le plus dérangé c’est que Kara est totalement reconnaissable en Supergirl. C’est sûre que Clark Kent ou Oliver Queen étaient un peu dans le même cas, avec des costumes qui ne cachent pas vraiment leur identité, mais je trouve ça encore plus choquant ici. Je passe le fait que dès la fin du pilot tout le monde est courant de sa double identité. J’ai également un peu peur du « cas par épisode » avec à chaque épisode Supergirl qui doit sauver sa ville d’un prisonnier qui s’est échappé. J’espère en tout cas que la méchante de la saison *SPOILER* sa tante, sera à la hauteur d’un grand méchant de série.

Supergirl est sans rappeler un peu la série Lois et Clark et son pilot gentillet à tendance à suivre un peu les traces de Smallville et The Flash. Sans grande envergure pour le moment, ce n’est pas non plus déplaisant de suivre dans ce pilot, digne de la CW, les aventures de Kara. La façon dont les scénaristes feront évoluer la série sera primordiale pour l’avenir de Supergirl à la télévision. Il faudrait que la série s’assombrisse davantage pour espérer qu’elle devienne vraiment intéressante.

6/10

Critique rédigée par E.L.

vs

Je suis lecteur de comics, surtout chez DC, alors la hype des séries de super-héros me plaît ! Supergirl n’est pas ma super-héroïne favorite, je lui préfère de loin Batwoman (non, ce n’est pas la même que Batgirl !), pour être honnête je suis de base plus Batman que Superman. Mais pourquoi pas, c’est un personnage assez méconnu, et ce n’est pas le film de 1984 qui lui a fait honneur.

Sauf que le pilot de Supergirl n’est pas meilleur ! Des effets spéciaux très cheap qui n’ont rien a envié au film, comme ce camion qui s’ouvre en deux avant que le kryptonien ne s’écrase dessus, ou l’envol pitoyable de Kara, cachant à peine les câbles. Et le recyclage des rayons laser de Smallville (si, si), c’est à se demander où le budget supposé de 14 millions est passé !

Le problème d’adapter une oeuvre est de ne pas satisfaire tout le monde. Faire un simple copier/coller est inutile, mais il faut garder l’essence de l’oeuvre, garder l’esprit du roman/comics, etc, retrouver les caractéristiques des personnages. Or, la Kara de ce pilot ne ressemble pas à celle des comics. Ici, c’est une cruche, naïve, niaise, qui bave et bafouille au premier bel homme qu’elle rencontre. Puis, elle fait tout un discours féministe sur le nom de Supergirl, plutôt que « Super Woman ». À la fois féministe et avec une représentation arriérée. L’idée stupide qu’une femme ne se maîtrise plus devant un joli visage et un corps musclé, un peu plus et elle demandait à l’épouser et à avoir des enfants, ou c’était un peu trop pour un premier épisode ?!

Donc une héroïne niaise et au caractère contradictoire, interprétée par une Melissa Benoist fade et peu inspirée. Elle n’est pas aidée avec le casting secondaire. La grande Calista Flockhart apparaît dans très peu de scènes et étant donné qu’elle ne peut à peine bouger les lèvres, c’est un mal pour un bien. Hollywood, Hollywood… Chyler Leigh force beaucoup trop dans son jeu, tout comme sa relation avec Kara qui n’est pas crédible. Quant au patron du DEO incarné par David Harewood, il surjoue et fait peine à voir. Pour finir, le collègue de Kara, Winn (Jeremy Jordan, Smash saison 2), est un winner dans le mauvais goût avec sa blague homophobe qui expliquerait pourquoi elle n’est pas amoureuse de lui (une femme a écrit le scénario…). Lorsque Mehcad Brooks (True BloodNecessary Roughness) a été engagé dans le rôle de Jimmy Olsen, cela a déclenché une polémique car l’acteur est noir. Encore une stupidité, par contre que ce soit un beau gosse musclé, c’est une aberration par rapport au personnage, cependant ce n’est pas le plus dérangeant dans le casting. Le personnage étant trop peu présent, il est difficile à dire s’il a correspond ou non à sa version comics, que Smallville avait bien adapté.

Le pilot passe rapidement sur les origines de Kara, en même temps on les connaît, c’est plus ou moins un copier/coller de celles de Superman. Ce qui diverge encore des comics, mais ici c’est un détail contrairement à la personnalité différente de Kara. Tout n’est pas clair, comment est-elle sortie de la zone fantôme ? Et bien sûr, on nous présente Superman… enfin presque. Si c’est pour qu’on nous parle de lui sans citer son nom (« him »), et que son visage soit caché par le soleil, autant ne pas l’intégrer à la série ! C’est inutile, surtout qu’il n’apparaîtra jamais dans la série. Les créateurs veulent qu’il reste une ombre dans la vie de Kara, et DC ne voudra sans doute jamais le laisser venir à la télé (comme Batman).

On récapitule : une héroïne niaise qui trahit le personnage, des rôles secondaires pas convaincants et des effets spéciaux datés. Autre chose ? Un méchant ridicule, la pire super-héros du monde qui révèle son identité à tout bout de champs en 40 minutes, qui se laisse photographier de face de façon très nette (plus c’est gros, mieux ça passe) et un cliffhanger qui ne donne pas envie de revenir. Tout va beaucoup trop vite, c’est kitsch à la Lois & Clark (dans mon enfance c’était génial, j’ai grandi). Au final, la plupart des lecteurs de comics seront très déçus, et ceux qui ne connaissent pas, comme E.L., auront sans doute  une meilleure chance d’adhérer.

2/10

Critique rédigée par Arnaud

5 réflexions sur “[Pilot] Supergirl le clash : Pour ou contre ?

  1. Pingback: ComicStories – Sur nos écrans #28 : Supergirl | Sur Nos Ecrans

  2. Pingback: [Pilot] Marvel’s Jessica Jones : Alias la meilleure production Marvel ? | Sur Nos Ecrans

  3. Pingback: [Bilan mi-saison] Supergirl : toujours aussi ratée ? | Sur Nos Ecrans

  4. Pingback: ComicStories – Sur nos écrans #38 – Supergirl (mi-saison 1) | Sur Nos Ecrans

  5. Pingback: ComicStories – Sur nos écrans #60 : Supergirl saison 1 | Sur Nos Ecrans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s